Skip to main content

Posts

Showing posts from July, 2006

Who links to me?

  
  
.
I know it's a pain in the ass. I'm sorry. So here's a code line to save 10 seconds:

Je sais que c'est chiant, je suis désolée. Alors voici quelques codes pour vous faciliter la tâche:



Open new window/Ouvrir une nouvelle fenêtre:
<a href="http://aspinelesslaugh.com=" target="_blank">An Unexamined Life</a>
or
<a href="http://aspinelesslaugh.com=" target="_blank">swan_pr</a>


Within the same window/Ouvrir dans la même fenêtre:
<a href="http://aspinelesslaugh.com=">An Unexamined Life...</a>
or
<a href="http://aspinelesslaugh.com=">swan_pr</a>


Thanks so much to all of you. I really hope you continue the journey with me.

Merci à vous tous et toutes. J'espère que vous continuerez l'aventure avec moi.


I should incorporate your links at my new adress within a few days. Thank you for your patience!


D'ici quelques jours je devrais avoir incorporé vos liens à la nouvelle adresse. Merci de votre patience!
.
  
  

Strange, so strange

  
  
.
Well, it seems that life has taken over my need to write. I have so little time. I apologize to anyone that has left a comment to which I have not responded. I read them all though (and your blogs through bloglines), and always appreciate and welcome them!

My new home is set up! I'll probably be moving over the weekend. If you're curious, you can always go and have a look, but there is not much to see... I still have to find a nice template, put in a few plugins... And basically learn to use WP. So far I love it.

You are welcome to leave comments and suggestions, here or there. It's just a shell really. Until I move in! I'll be importing most of my posts over there. Yes, I said most. Not all of them. But everything here will stay intact.

I hope to have time to post here a few times until next week. I don't know. I'm doing this from work... Then again, not much can shut me up. And PMS is right around the corner... so. Oh yeah, you'll hear from me.
.
  
  

Ça s'étend

  
  
.
La tombée de la nuit, après un marathon illuminé... Je suis toujours ici, à fumer ma cinquième dernière cigarette.

Bientôt un nouveau blog... Nouvelle adresse... Vieilles questions... Anciennes peurs... Jeunes ambitions...

Rien de neuf pourtant. Rien. Le bruit de la fan de ma machine me dit qu'il serait temps d'écouter une nouvelle toune. Genre celle qui joue dans la cour le dimanche après-midi. Non, pas les crisses de tondeuses qui faussent. Une grille de tick tac toe géant, c'est ce que je vois quand je regarde par la porte patio. Des antres bien définies à la clôture Frost. Ne me laissez surtout pas piétiner vos foutues plate-bandes. C'est pas grave. Moi j'ai des framboises qui poussent sur le bord de vos barricades.
.
  
  

Stream of randomness with lightening and thunder for rythm

  
  
.
A wobbly ride to reason. Regardless of my upset stomach I push on.

I am here. Right here, at this moment, because of my decisions. There is no welcoming wagon.

I'm scared. Unsure. Insecure. I'm determined.

I sound like a self help book... Where is Tony Robbins when you need him?

12 steps. Mars and Venus. 8 ways. 30 minutes to happiness.

There's some hope though. I look fantastic in that skirt.

I'm hungry...
I'm horny...
I'm lonely...
I'm crowded...


Yes! I am confused. But things have been worst.

I need a dick...
I need a drink...
I need a couple of pills...


Proud owner. Proud parent. Proud employee.

Hum... How about proud period? Getting there, getting there.
.
  
  

Bullshit Blogger comment system (edit)

  
  
.
Some of you have noticed that in order to leave a comment here now, you must have a Blogger account. The reason is that SPAM has made it's way through the word verification system and when I came back from vacation I found 2 spam comments.

So for now that's how it's gonna be. Sorry.


*Edit*
Ok, I put it back to "everyone"... It's still crap though... Moving soon!
.
  
  

En la mineur

  
  
.
de trouver dans la mélodie de mes verbes un air triste ou mélancolique ne me fais pas peur.
de t'entendre revouloir repenser redemander sans musique ne m'émeut pas du tout.
de te sentir si près sous les épaisseurs de mes pensées et malgré mon pied sur ta poitrine me déstabilise un peu tout de même.

j'ai envie de répéter redire et réécrire sans cesse de nouvelles lettres avec un crayon bien aiguisé.
j'ai faim ce soir de formes flottantes et de bruits de gorge.

pourtant...

seuls mes doigts savent te toucher. seules mes lèvres connaissent tes saveurs.
et aucune musique de mots si forte soit-elle n'arrive à me faire trembler comme tes échos savent le faire.
.
  
  

A countdown? Maybe...

  
  
.
In the next few days, I will make some changes. First in my personal life. My line of questioning lately has been directly linked to my leading a double life. I do not want this anymore. I want my writting here and my reading you to be known but mostly accepted.

I will not change how I write. I will not avoid matters. I will not impose censorship on myself. I will not hide my love for you, who come here and who I visit and read and admire.

But by pushing L. away from here, I also denied him of a part of me. Denied myself of enjoying this experience to its fullest. And the more I thought about all this, the less hiding this made sense.

L. was devastated when he read my blog. The last time he was here was in early January. Since then things have changed, stalled, moved, stalled. Overall though what I realize is that if I want to grow, to reach some kind of peace within myself, I have to let him back in, if he wants to.

Let him back in here and also introduce him to my life here, to my friends, to the things I love, the things that fascinate me. To share.

When he read what I wrote, he asked me if anyone we knew was also reading. Because there is so much personal stuff here. It was not the case. But now I've made some friends.

So. Very soon, maybe this week or the next, I will start a new blog. As a peace offering. As proof of my good faith that I want him to be part of my passions, my pleasures. Same name, only a different address. I will never, ever let go of what is here.

I'm scared. But I know that it has to be done. Whatever happens happens. I know that the outcome will be worth it.

-o0OSO0s-

That being said. Which platform? Should I pay for hosting or just use the platform's service? Wordpress? Platform27?
.
  
  

Idée(s)

  
  
.
idée

c'en est une ou non?

probablement

je cours l'enterrer avec les autres dans la cour

mon clavier est hanté

la lueur de l'écran un spectre de possibilités

c'en est une ou non?

-oOSOo-

C'est rendu que j'ai peur de mes mots. D'où ils veulent m'emmener. Trop peu, trop tout court. Plein aussi. Ça peut déborder le vide? Et si? La touche 6 (shift pour ?) s'efface tellement elle est utilisée. Le j aussi (des fois J). J et ?. C'est pourquoi j'ai acheté un nouveau clavier aujourd'hui. Pour donner une chance aux autres.
.
  
  

Going the distance

  
  
.
Finality in the search for oneself is quixotic. Accepting that this search is a long string of lessons, impulses tended to and dreams hovering above attainable is in itself a draft, a pencil drawing of my own finish line.

Finding my own place, actually looking for an identity. No, I have one. Trying to relate? Trying to identify? I don't feel the need to. But I sometimes look in other people's eyes to see if they identify with me. Do they see themselves in me? I have it the other way around don't I?

It's the same thing, just backwards.

I'm pushing through. I'm emerging from. What? Where? I forgot where the starting line was. Or it's been following me around. So I start, every day. Is the finish getting further then? I have strained before to see it. But now I think it's impossible to see it. Ever. Is there a finish line at all? Probably not. Not the one I'd like to see. The one that I know is there and exists I'll reach just like every body else.
.
  
  

Movin' on

  
  
.
A quick recap of our week's vacation:

Sunday: Quebec City
Monday: Cruise to Grosse-Ile (look it up, it's worth it)
Tuesday: Karting in the morning and spa for me in the afternoon
Wednesday: Mountain biking , hiking and a visit to a dog village at the top of mount Ste-Anne
Thursday: A visit to a canyon and zipline across the gorge, Quebec city in the evening
Friday: Valcartier waterpark, then back home

It was a great week. I have bruises and sunbruns. I'll probably post a small photo album tomorrow night.
.
  
  

Ringing of the Bards IV

  
  
.
My friend Crunchy Weta is hosting the fourth Ringing of the Bards starting July 15th. It's a great opportunity to discover new poets from around the world and celebrate the love of words.

Please pay him a visit. And to the writers he will be featuring. If you want to know more about this event, please visit the site.

Enjoy!
.
  
  

Wow munute!

  
  
.
Avant de partir je trouvais qu'il ne se passait rien. Hey, j'ai 85 feeds dans mon Bloglines, pis c'était mort. J'pars 5 jours, c'est la folie furieuse. WTF?

D'la marde. Je sais pas quand je vais lire tout ça.

Sur une autre note, est-ce que le temps c'est arrêté en 1968 à québec? Je suis allée 2 fois au festival cette semaine. Des poils partout, du patchouli, des sandales indiennes, des dreads, des vestes en cuir (come on!). Une p'tite gang de punks (cute).

Une belle ambiance tout de même dimanche après-midi, près du Portofino, après la victoire de l'italie.
.
  
  

Finies, les vacances!

  
  




















De retour... avec plus, plus tard. vous m'avez manqué, mais pas trop tout de même :)


Back... with more, later. I missed you, but not too much! Just enough :)
.
  
  

14/07/2006

  
  
  
  

Link Dump Fun!

  
  
.
Je pars... en vacances! Dans les sentiers du Mont Ste-Anne, en vélo, à pied, zip line, kayak... Et peut-être même le spa, pourquoi pas?

I'm leaving... for Mont Ste-Anne, for a week of mountain biking, hiking, ziplining, kayaking (can't help but think of Celine Dion now)... And maybe even the spa, why not?

Amusez vous, vous aussi:

Have some fun too:


A creative mind is never bored

Canadian World Domination!

Video game pianist

For the curious but hurried reader

Things to make and do

Let your inner child take control

Mayhem (a personal favorite)

Secret Situation

The gallery of regrettable foods

Web pages that suck

Panoramas... Just incredible

My putfile media page


À la semaine prochaine :)

Till next week :)
.
  
  

333 000 books

  
  
.
In celebration of Project Gutenberg's 35th Birthday, a World eBook fair is taking place, from July 4th to August 4th.

Access to 1/3 million free eBooks and mp3 eBooks... Think about it.

World eBook Fair

I'm going insane!!! Oh, look at that, they even have weird short films... Victorian prose... Poetry... Thoreau! Yeats! Nietzche! When will I sleep???
.
  
  

Une p'tite marche de santé

  
  
.
ah oui, j'aurais pu pencher la tête mais j'ai laissé les feuilles du gros érable me rafraîchir la joue.

j'aurais pu contourner la flaque d'eau laissé par le gicleur fou du voisin obsédé de vert mais j'ai pilé dedans, lentement.

j'aurais pu sauter Folsom Prison Blues et passer à Tom Waits tout de suite mais je me suis dit fuck le mood et j'ai grimpé le volume dans l'fond.

j'aurais pu prendre le boulevard et marcher sur le trottoir mais j'ai piqué à travers le parc et j'ai longé la carrière.

j'aurais pu marcher jusqu'au bout de mes tounes et encore. écouter le bruit des moteurs sur la 132, les vagues sur le quai abandonné et les p'tits bums se raconter des histoires.

mais j'ai arrêté au dépanneur. acheté mes smokes. retourné. détournée. essayé de retarder. finalement, rentrée.
.
  
  

One-Moment photo

  
  
.
Filing images lazily in my head, I thought what a great memory that one is. What a shitty souvenir this one left.

The cabinet is somehow getting organized. And surprizingly no paper cuts to report yet.

The bottom drawer is already filled though. It's the blanks. The ones I wiped out.

But I figure, since I still have the files, might as well keep them.

Delete. Restore.

When I look inside a folder, the shadows of colors are shimmering sometimes. I'll take that as proof. Proof enough.
.
  
  

Ma vraie vie

  
  
.
L. ne lit plus depuis janvier. Je lui avais écrit, suite à un de ses emails, que je ne pouvais l'empêcher de le faire, et que je n'avais pas l'intention de déménager mon blog mais que je me sentais comme s'il fouillait dans ma tête. Comme si je n'étais plus jamais seule. Sans le lui reprocher, bien entendu. Comment pourrais-je le blâmer de revenir ici, là où son univers s'est écroulé une journée de décembre? Ici où tout ce que je n'arrivais plus à communiquer s'est échoué. Ici où notre vie à été mise en jeu plus d'une fois. Pourtant, il n'est jamais revenu. Dans son email il me disait qu'a chaque fois qu'il arrivait sur mon blog il avait peur. Mais que cette fois là, un jour vers la fin de janvier, il avait trouvé la lecture agréable. Qu'il se retrouvait dans certains de mes textes, certaines de mes idées. Mais je n'ai pu m'empêcher de lui dire. Que ses yeux me suivaient partout. Sans méchanceté. Il n'a pas répondu. Ne m'a plus écrit. On s'embrasse toujours quand j'arrive du bureau, il fait le souper, on mange en famille. On parle. On rit. Il sait que j'écris. Il ne lit plus.

B. n'est venu qu'une fois. C'est tout ce que je voulais. On en a même jamais parlé. Le texte que j'avais écrit pour lui était tout ce que j'avais à lui dire. Pourtant je sais qu'il a tout lu ce que j'avais publié jusqu'à ce jour de novembre, lorsqu'il est venu cueuillir sa lettre. Il écrivait lui aussi avant. Sur du papier imprimé. Peut-être que ces souvenirs lui font mal. Qu'il ne peut dealer avec son bloc, qu'il déguise en excuse d'être trop investi dans la réalité pour pouvoir s'éclabousser de fiction.

C. veut écrire maintenant. Elle sait tout de moi. C'est ma meilleure amie, même si pour elle, je suis sa deuxième. J'aime plutôt me dire que #1 est comme sa soeur. Ça me remonte l'estime un peu tsé... Et ressent ce besoin, comme moi il y a un an, de tout dire, écrire, crier. Beurrer ses joues de mascara en tapant sur son clavier assez fort pour effacer ses tourments. Alors je lui ai montré mon blog. Lui ai ouvert le sien. Mis une belle template. Et je lui ai dit "Saute ma belle".

Assises dans le salon chez elle, au 906, je lui ai lu des mes textes, à sa demande. D'entendre mes mots... Les choisir... En rire... Ou d'avoir la gorge serrée... J'avais le trac. J'avais des toubillons de honte et de plaisir dans la tête. J'ai réalisé, vraiment, que tout ça est vrai. Des pages et des pages qui existent, qui résonnent encore. Des endroits où j'aimerais retourner, d'autres que je suis heureuse d'avoir laissé là où ils vivent tranquillement, sans trop déranger.

Des fois des gens viennent ici pour la première fois. Et sautent à pieds joints dans mon univers. Passent deux, trois, quatre heures à fouiller les archives. Et je me demande, est-ce qu'elle pleure? Est-ce qu'il rit? Est-ce quelqu'un de bilingue? Et des fois je me met à capoter. Hey, c'est ma vie ici, qu'est-ce que t'as à fouiller partout comme ça? Et bon, finalement je me raisonne. J'allume. C'est pas dans ma tête que ça se passe. C'est vrai. J'ai tellement enfoui cette réalité-ci profondemment, que je mélange tout.

F. aimerait bien qu'on se rencontre. Des amitiés virtuelles, ça ne peut durer me dit-il. Ça ne peut prendre de la valeur. De partager une bière et d'entendre le rire d'une personne qui ne faisait que LOL à ses blagues, ça cimente le tout dans la réalité. Je suis d'accord. Mais j'ai peur. Une peur tout à fait stupide et pas du tout originale. J'ai vécu dans ma tête toutes ces soirées devant mon écran. Dans quelle mesure est-ce que je veux que cette partie de moi rejoigne ma réalité. Ma vrai vie? Pourtant, je sais quelle valeur j'accorde à cette amitié. Est-ce irrationel de croire qu'elle pourrait survivre sans la chair? Et d'autres aussi que j'aimerais bien toucher, entendre, sentir. J. et C. et B. et D. et P. (et M. et S. et V. aussi qui ne comprendront rien à mon texte malheureusement). Des filles, des gars, qui ont touché ma vie tellement fort que je ne serai plus jamais celle qui était. À qui je dois des becs et des caresses et des cartes quétaines dans le temps des fêtes. Des gens merveilleux que je n'aurais jamais laissé approcher de si près "dans la vraie vie".

Mais mon blog fait maintenant partie de ma vraie vie. Je l'ai compris au 906 vendredi soir. Je ne suis pas toute ici. Mais je laissais trop peu d'ici entrer en moi. J'ai une date en tête. Sur le fil de départ, je tenterai de rétablir l'équilibre.
.
  
  

Fleeting facts

  
  
.
I always have this in my head: And so... Or this one: And then... I see Blogger's posting screen and these words.

And so _________ bla bla bla

And so nothing. Why do I feel like it's such an important opening line? Hundreds of stories, none my own, have used it. And so many others.

I need more words.

And this conversation that keeps circling around my lack of conviction. Towards my life in general.

And these letters I wrote and deleted and rewrote and saved as draft.

Nothing is clean. Nothing is certain. Not even the numbers on the clock. See? They've changed already.

Like our perception of a future. Like the idea of that moment's death.

Every single thought cannot be represented in the lines I've created. Spwed in sighs, grunts and gasps. Uttered under my breath.

More and more I reach out. And retreat in fear. This great sentiment of oneness can be so fragile at times, it's hard to believe being two, even for a second, cannot be of any comfort.

That two is a sum. Never one. Adding and substracting to the rythm of the keys being pushed in. Yet all the words I know seems to have been used.

Not being able to say, does it mean it has no meaning? No importance? An urge yes, but what kind of reality, of life, do I instill in the thoughts by laying them here?

And so... The words are not made of dreams. But with a little luck, I'll bring my dreams into my words. Where they will live in safety and the knowledge that they exist.
.
  
  

Paroles vives, mortes ou vivantes

  
  
.
Un passage.

Tu crois réellement que c'est une cure pour toi d'écrire ? Moi, je ne sens pas ça comme un exutoire. En fait, j'aime écrire juste parce que j'aime écrire. Ça peut sonner bizarre de même mais c'est exactement ça. J'aime juste voir mes mots enlignés les uns après les autres parce que ça fait beau, parce que ça fait vivre quelque chose qui resterait intangible sinon ! Et bizarrement, c'est tout le contraire pour les mots des autres. J'aime être constamment mis à l'épreuve par les mots des autres. Secoué, brassé, remis en question, choqué à la limite. L'écriture des autres me fait beaucoup grandir comparativement à la mienne. Ironique non ?


Certaines choses restent vraies. Pour toujours. Même après une vague, une marée.

Emporté, tu ne seras tout de même jamais loin. Emporté, tu entendras toujours l'écho.

Emporté, ton passage aura eu ses raisons. Emporté, ta place, elle, restera.

Bonne chance. Bonne vie.
.