Skip to main content

Se faire prendre... à donner

Je suis tellement désolée. Tellement. Pour ton bonheur parti. Pour l'ironie de la situation. Après le fait. Quand tout est fini.

Désolée parce que t'as jamais su à quel point je t'ai détesté, à quel point j'me suis haĩe. Si tu l'avais su, tu comprendrais. Mais j'suis pas capable d'haĩr. J'suis pas capable de vouloir du malheur. C'est pas dans ma nature de souhaiter du mal, peu importe le bagage.

Je l'sais quand je me fais avoir. Quand on me monte un bateau. Des fois j'me laisse faire. Mais là je sais que c'est pas une game. Pis ça me peine énormément.

Quand on laisse trainer des affaires, c'est parce qu'on est paresseux. Ou parce qu'on veux que quelqu'un les trouve. J'ai laissé trainer quelque chose en décembre, parce que je voulais. Parce que fallait que ses yeux tombent là dessus, peu importe le résultat. Pourquoi t'as laissé traîner tes affaires? Pourquoi c'était encore là? Alors que tu as tout fait pour que je disparaìsse. T'es tu posé la question?

Ce qui me fait chier aussi, c'est que tu liras jamais ça. Et que tu ne me parleras plus jamais. Anyway. C'est juste ça dans l'fond que je voulais dire. Que je suis désolée. De tout. Même si une fois tu m'as dit, "hey, relève la tête". J'ai jamais réussi à fermer la porte. Je sais aujourd'hui que c'est  parce que t'as toujours eu le pied dedans.

 

-----sSOSs----- 

 

Comme toujours, je me retrouve avec des hosties de restants sur la table. Des restants de ce que j'ai donné. Parce que finalement c'est ça mon problème. Je donne trop. Tellement que ça donne mal au coeur. Pis que personne fini son assiette.

C'est ben plus facile de se crisser du monde que de les aimer. Mais le problème avec ça, c'est que ça fini toujours par te retomber sur le nez. Un moment donné tu t'es crissé d'assez de monde que le monde se crisse de toi.

J'donne tout croche. J'ai peur. Y'en a qui cherchent l'amour, l'amitié, moi j'me cache. J'me terre. Mais quand je sors, j'explose. Pis tout le monde se sauve. J't'écoeurée.

 

Comments

FrenzY said…
Tsunami-you, tsunami-me. All over the putain d'eau, d'os, et d'us. Very glad to meat you. Very glad to put you au chemin. So. meet me again, 1 gain. I gain.

With Love.

Me. xx
swan_pr said…
ouin... des sacs verts en lieu de verdure... mais c'est pas grave, sont biodégradables. met tes bottes d'eau, on part a chasse aux morceaux de peau arrachée. love c'est sur. j'ai jamais dit ce mot là aussi souvent dans ma vie que dans la dernière semaine. merci xxx
Quartz said…
Est-ce qu'on mène des vies parallèles au point de vue émotionnel ou est-ce que tout le monde vit la même chose en croyant qu'ils sont seuls ?
swan_pr said…
je me posais justement la question, juste avant de lire ton commentaire. exactement la même. si c\'est pas un parallèle ça... parmi tant d\'autres.

si tout le monde vit la même chose, c\'est fucking triste. c\'est vraiment très très déprimant.
Perrasite said…
Passe-moi l'beurre.
swan_pr said…
pas d'troubles. tu veux d'autre pain? des légumes? de la viande? y en reste plein.
frenz said…
J'ai faim. J'ai passé mon tour jeudi au buffet, pas de meat for me the week. FUCK HIM.
Fuck me.
I'm bleeding.
Andy said…
Sûrement un truc de vie émotionnelle parallèle, ouais.
swan_pr said…
on fait tous une belle brochette... hahaha, quelle joke plate....