Skip to main content

Posts

Showing posts from December, 2006

2007 et ses variations

  
  

Pour moi: 

Je peux dire sans hésiter, sans peur, aujourd'hui, que 2007 sera la plus belle année que j'aurai connue depuis longtemps. La confirmation du chemin que je me trace depuis des mois. Je sais maintenant que ma quête n'est pas vaine ni utopique, mais ancrée dans un furieux besoin de vivre et aimer. Aimer la vie, les autres et moi-même.

Même si où ce chemin mène reste mystérieux, la lumière s'y est enfin installée.

 

Pour toi Love-Soeur, pour toi RoméoZ, pour vous tous que j'aime:

Je peux dire sans hésiter, sans peur, aujourd'hui, que tu es la plus belle chose qui me soit arrivée depuis longtemps, depuis des années. Une confirmation du chemin que je me trace depuis des mois. je sais maintenant que ma quête n'est pas vaine ni utopique, mais ancrée dans un furieux besoin de vivre et aimer. Aimer la vie, les autres et moi-même.

Même si où ce chemin mène reste mystérieux, la lumière s'y est enfin installée. Et ta présence ne la rend que plus brillante.

 

Je vous souhaite une bonne année. 


 

  
  

2 x 5

  
  

Well... after a year and a half of blogging I was tagged for the first time! Then again the following day! Since it's for the same thing, I'll do it in both French and English... But I will not reveal ten secrets. No way.

Thank you Quartz and Dave :)

 

Et bien, j'ai finalement été taggée, après un an et demi de blogging. Et une deuxième fois le lendemain! Mais puisque c'est le même tag, je le ferai en français et en anglais... Pas dix secrets, y a des limites à la disclosure!

Merci Quartz et Dave :)

 

1. I have a tiny hole in my palate, and in school I used to stick needles in it to impress the kids... Untill I developped an infection that nearly cost me my front teeth.

1. J'ai un trou minuscule dans le palais et pour impressionner les kids au primaire je mettais des aiguilles dedans. Jusqu'au jour où ça s'est infecté bien comme il faut et que j'ai failli perdre mes dents d'en avant.

 

2. I'm the least punctual person I know. I'm always late, even for job interviews. And that prompts me to lie and invent stories that people totally buy.

2. Je suis la personne la moins ponctuelle que je connaisse. Je suis toujours en retard, même pour des entrevues. Ce qui me pousse à mentir et inventer des histoires tout à fait plausibles.

 

3. When I was around ten, I never showered. My mother used to let it go and I could go a week without a shower. Once at my dad's he looked at my neck, and shoved me in the bathroom yelling I was a fucking pig, in front of his friends and their kids. It pretty much took care of the problem.

3. Quand j'avais environ dix ans, je ne prennais jamais ma douche. Je pouvais passer une semaine sans me laver. Ma mère ne s'en souçiait pas du tout. Un jour en visite chez mon père, il a vu la crasse dans mon cou. Il m'a sacré une poussée vers la toilette en me criant après et me traitant de truie, devant ses amis et leurs enfants. Ça réglé le problème.

 

4. Throughout primary school and high school I was stealing in stores and reselling the stuff, or offering it as gifts on birthdays or Christmas. Also was stealing in my mom's stash and selling by the joint.

4. Au primaire et au secondaire, je volais dans les grands magasins et revendait le stock ou l'offrait en cadeau aux anniversaires et Noël. Je volais aussi dans le stash à ma mère et revendais des joints à l'unité.

 

5. I was hired to work at the Montreal casino, after going through all the tests and police interview. They called me at home the morning I was supposed to start to tell my I failed the drug test... I had had a puff on a fucking roach a few minutes before they called me to go pee in the cup... Meanwhile I knew a fucking wife beating drunk who was mopping the floors there for 20 bucks and hour. I told the guy on the phone. Didn't really changed his mind about me.

5. J'avais été embauchée par le casino de Montréal, après avoir passé la batterie de tests d'aptitude et médicaux, et l'interview avec la GRC. Ils m'ont appelée à la maison le matin où je devais faire mon premier shift pour m'annoncer que j'avais échoué le test de drogue. J'avais fumé une poff sur un criss de butch de joint quelques minutes avant qu'ils m'appellent pour de dire d'aller pisser dans le pot le lendemain. J'étais frustrée. Je connaissais un ivrogne batteur de femmes qui moppait les planchers à 20 piasses de l'heure dans leur casino. Et je l'ai dit au gars au téléphone. Ça l'a pas impressionné.

 

All done.  

Love-Soeur, je te lance la balle :) 

  
  

Half the mark

  
  

A month a month what can you do what can be done undone.

The lines are still printed and my shoes clutch at them, don't stray dontpleasestay stray go I have to go I have to step away the lines are cuts cuts in the regular programming.

It's not quite quiet shhhhhh I told you sixty days half the mark is making a line another line.

And stones across the stream and x's on the screen and nothing to keep me from falling into life as deep as I can see.

  
  

Changing server *update

  
  

I don't know if anyone will see this... but things should be back to normal by tomorrow :)

Je ne sais pas si quelqu'un verra ceci... mais les choses devraient rentrer dans l'ordre d'ici demain :)

 

Done. Thank your Franky :) 

  
  

So so so alive

  
  

I don't even remember how I discovered blogs. Really, I have no recollection whatsoever. Only that I started mine very tentatively, a few entries here and there. And well, I guess the fire caught and it became an almost daily thing for me. It was never an obligation to write. I don't sit here wondering what to write, or thinking I should write something. It is true that I write in the negation of the reader. Not denial, never. But when acknowledged, you my readers inspire nothing but love. I must say however that here is not a place created for you, a place where I try to please or entertain you. I come first. That you have decided this place was worth your time, that what you read you can relate to, is for me like and extra blanket on a very cold night.

I didn't even think through the title and the URl. But with time I realize I couldn't have found a more accurate address or blog name. Aspinelesslaugh, taken from Exit music (for a film) by Radiohead is a song that I listened to nonstop in January 2000 when my best friend killed herself. Driving to the funeral I popped OK Computer in the tape player, and from that day, it has haunted me. 

Socrates' citation I had come across while reading about self-knowledge and the illusions we perceive as reality when reflecting upon our responsibilities as individuals. I've always been conscious that there was more to me, to my life, than what I was working so hard to achieve as a person. Being able to deconstruct my own perception of who I am, and deal with whatever I discovered, even if it was to be negative. And yet again, the word negative only applies in the perception of others...

I'm not a whatif kind of person. No whatifs about my past, no whatifs about my future. The past is gone. Not quite buried yet, but dealt with more and more every day. The future... well, the future is made of everything I want to put in it. There is no can't in it either. I've always lived in a way that assured me that there would only be one person to blame for anything I had regrets about. I just can't blame others. I can't. I believe everyone has it in them to make their life better. It may take time, there might be pain, and loss, and hurt. And lessons learned. But at the end of the day, if you have to close your eyes and go to sleep blaming someone else for your woes, then you need to take a closer look at yourself.

And that might hurt more than anything else.

I wrote about crossroads a little over a year ago. I already knew, could express it. But only today can I actually live it. I had all the tools, just needed a little time to figure things out. And so many other posts from my first months, that really were showing me the way. But I was still blind. I just had to go through everything. Had to live this last year here, this way. For weeks now I've been telling the same stories, through different words, sentences, arrangements. And I really feel that this blog would've died with me had I not finally moved on. It's that simple. Life or death. And it wasn't the gun to my head that scared me the most. It was the realization that I was all thought out. That there was nowhere left for me to go but forward. Or die.

I am alive. Alive. I fucking chose to live, and nothing now will change that. Especially not fear. Fuck her. I can even say, right now, this instant, I am happy. Happy. And being scared of saying it, writing it will not stop me. And the dark days ahead I will embrace as warmly as the bright ones. For they will only remind me that I chose life.

  
  

Joyeux, merry and all that stuff

  
  

I wish you all a Merry this and that. Sorry no rounds. But I mean it. Enjoy this time with the ones you love and tell them that you love them. And please don't let them drink and drive. Ever. It will be the most sincere proof of love  you can ever give them.

Je vous souhaite un joyeux quelque chose, peu importe la forme que cela prend par chez vous. Je ne ferai pas de tournée de souhaits, mais c'est sincère. Profitez au max de ces moments auprès de ceux que vous aimez... et dites leur que vous les aimez. Et s'il-vous-plaìt, ne les laissez pas conduire s'ils ont bu. Jamais. C'est la plus belle preuve d'amour que vous pourrez leur faire. 

  
  

C'est ça qui est ça

  
  

Dernier noël avec ma belle-famille. Qui ne sait rien. À minuit, ronde de becs toute pleine de meanings, pour eux, pour moi, chacun pour ses propres raisons.

Dans la cuisine de la belle-soeur, il m'embrasse, me serre et me dit "Ben... Joyeux Noël... Le dernier que je passe avec toi..."

Et je pense "Si tu savais... Toutes ces fois où j'ai rêvé que tu voyais enfin l'amour dans mes yeux, toutes ces fois où je t'ai fait une caresse et où j'attendais que tu m'en fasse une en retour, alors que tes bras restaient figés le long de ton corps et que le mien se perdait contre le tien, toutes ces fois où j'ai du prendre tes mains et les mettre sur mon corps alors qu'on faisait l'amour, parce que le seul contact qu'il y avait entre nous était entre nos jambes."...

Mais je répond "Ben voyons, ça va aller" et je lui souris.

J'aurais peut-être du avoir envie de pleurer, mais j'en ai plus de larmes pour son amour aléatoire. J'aurais peut-être du être émue, ressentir de la mélancolie, du regret, du doute, de la peur. Pantoute. Comme une free pass. Comme une affirmation de ma nouvelle réalité. Comme s'il me confirmait enfin qu'il accepte, comprend, qu'il n'a pas oublié que tout ça est vrai. Et du coup je me suis sentie enfin plus légère que je ne l'ai été depuis des semaines.

J'aime beaucoup ma belle-famille. Nous sommes toujours très bien reçus, et ce fut un réveillon très agréable. Pourtant je me sentais mieux dans le 5 1/2 chez mon père ce soir que dans la belle grande maison là bas. Rien que je puisse y faire, ma vie est ailleurs. Ma tête, mon âme, mon esprit, n'ont jamais tout à fait atteri sur leur piste, sur la piste de ces dernières 20 années. J'ai rien faké, j'ai essayé, de toutes mes forces. C'est juste pas moi. Mais je ne me suis pas trompée, je ne regrette rien. Sauf peut-être de ne pas être partie plus tôt. Mais encore.

J'avais 16 ans, j'ai pris le tournant de l'amour fou, perdu la raison. Toujours espéré qu'il m'aimerait autant que je l'aimais. Jamais je n'ai choisi ma vie par dépit. J'espérais... c'est tout.

Aujourd'hui je prend le tournant d'un autre amour fou. Celui de la vie. Et de moi, éventuellement.

Pis l'espoir, encore et toujours. Et le rêve. 

  
  

C'est ça qui est ça

  
  

Dernier noël avec ma belle-famille. Qui ne sait rien. À minuit, ronde de becs toute pleine de meanings, pour eux, pour moi, chacun pour ses propres raisons.

Dans la cuisine de la belle-soeur, il m'embrasse, me serre et me dit "Ben... Joyeux Noël... Le dernier que je passe avec toi..."

Et je pense "Si tu savais... Toutes ces fois où j'ai rêvé que tu voyais enfin l'amour dans mes yeux, toutes ces fois où je t'ai fait une caresse et où j'attendais que tu m'en fasse une en retour, alors que tes bras restaient figés le long de ton corps et que le mien se perdait contre le tien, toutes ces fois où j'ai du prendre tes mains et les mettre sur mon corps alors qu'on faisait l'amour, parce que le seul contact qu'il y avait entre nous était entre nos jambes."...

Mais je répond "Ben voyons, ça va aller" et je lui souris.

J'aurais peut-être du avoir envie de pleurer, mais j'en ai plus de larmes pour son amour aléatoire. J'aurais peut-être du être émue, ressentir de la mélancolie, du regret, du doute, de la peur. Pantoute. Comme une free pass. Comme une affirmation de ma nouvelle réalité. Comme s'il me confirmait enfin qu'il accepte, comprend, qu'il n'a pas oublié que tout ça est vrai. Et du coup je me suis sentie enfin plus légère que je ne l'ai été depuis des semaines.

J'aime beaucoup ma belle-famille. Nous sommes toujours très bien reçus, et ce fut un réveillon très agréable. Pourtant je me sentais mieux dans le 5 1/2 chez mon père ce soir que dans la belle grande maison là bas. Rien que je puisse y faire, ma vie est ailleurs. Ma tête, mon âme, mon esprit, n'ont jamais tout à fait atteri sur leur piste, sur la piste de ces dernières 20 années. J'ai rien faké, j'ai essayé, de toutes mes forces. C'est juste pas moi. Mais je ne me suis pas trompée, je ne regrette rien. Sauf peut-être de ne pas être partie plus tôt. Mais encore.

J'avais 16 ans, j'ai pris le tournant de l'amour fou, perdu la raison. Toujours espéré qu'il m'aimerait autant que je l'aimais. Jamais je n'ai choisi ma vie par dépit. J'espérais... c'est tout.

Aujourd'hui je prend le tournant d'un autre amour fou. Celui de la vie. Et de moi, éventuellement.

Pis l'espoir, encore et toujours. Et le rêve. 

  
  

C’est ça qui est ça

  
  

Dernier noël avec ma belle-famille. Qui ne sait rien. À minuit, ronde de becs toute pleine de meanings, pour eux, pour moi, chacun pour ses propres raisons.

Dans la cuisine de la belle-soeur, il m'embrasse, me serre et me dit "Ben... Joyeux Noël... Le dernier que je passe avec toi..."

Et je pense "Si tu savais... Toutes ces fois où j'ai rêvé que tu voyais enfin l'amour dans mes yeux, toutes ces fois où je t'ai fait une caresse et où j'attendais que tu m'en fasse une en retour, alors que tes bras restaient figés le long de ton corps et que le mien se perdait contre le tien, toutes ces fois où j'ai du prendre tes mains et les mettre sur mon corps alors qu'on faisait l'amour, parce que le seul contact qu'il y avait entre nous était entre nos jambes."...

Mais je répond "Ben voyons, ça va aller" et je lui souris.

J'aurais peut-être du avoir envie de pleurer, mais j'en ai plus de larmes pour son amour aléatoire. J'aurais peut-être du être émue, ressentir de la mélancolie, du regret, du doute, de la peur. Pantoute. Comme une free pass. Comme une affirmation de ma nouvelle réalité. Comme s'il me confirmait enfin qu'il accepte, comprend, qu'il n'a pas oublié que tout ça est vrai. Et du coup je me suis sentie enfin plus légère que je ne l'ai été depuis des semaines.

J'aime beaucoup ma belle-famille. Nous sommes toujours très bien reçus, et ce fut un réveillon très agréable. Pourtant je me sentais mieux dans le 5 1/2 chez mon père ce soir que dans la belle grande maison là bas. Rien que je puisse y faire, ma vie est ailleurs. Ma tête, mon âme, mon esprit, n'ont jamais tout à fait atteri sur leur piste, sur la piste de ces dernières 20 années. J'ai rien faké, j'ai essayé, de toutes mes forces. C'est juste pas moi. Mais je ne me suis pas trompée, je ne regrette rien. Sauf peut-être de ne pas être partie plus tôt. Mais encore.

J'avais 16 ans, j'ai pris le tournant de l'amour fou, perdu la raison. Toujours espéré qu'il m'aimerait autant que je l'aimais. Jamais je n'ai choisi ma vie par dépit. J'espérais... c'est tout.

Aujourd'hui je prend le tournant d'un autre amour fou. Celui de la vie. Et de moi, éventuellement.

Pis l'espoir, encore et toujours. Et le rêve. 

  
  

Quotes

  
  

*Swans fly and leave what's familiar. Realizing their freedom is what will save them.


*I hope I make it. and I hope u make it too. thanks for reading, even when u didnt want to.


*echoes barely noticeable
 when we think we were right.
 deafening
 when we think we were
 wrong.
 echoes easily heard,
 when we are alone
 "choices echo forever"


*"She's gonna be home soon. . ." he whispered, no answer.
 "I better get up and go to the couch.".  No answer.
 Slowly his muscles relaxed, his breath eased, worried thoughts faded to colorful shapes then nothing.

 

The authors know who they are.

Four men. Four different voices. Three countries, three continents.

Four companions from the start. Some have gone, just now or a long time ago. Some are still around...

Paths were crossed, tears were silently shared, truths were of the virtual kind.

I have loved every one of you. Every one of your words.

I have loved you because you loved me, I have loved you because together it is was ok to be lost.

Distance does make the heart grow fonder.

For distance made it all possible. It just made sense.

And it still does.

Weather you're still reading or not, still writing or not.

You're always with me, lights along my path.

 

_______________________________________________________________________

 

There are thousands of reasons why people have blogs. I hope yours is bringing you as much as it has brought me.

I don't believe it's a small world. I believe it is an infinite one. Of possibilities. Of wonders. Of beautiful words, of beautiful people. Most of whom I will never get to meet, share a drink or a coffee with. But it doesn't matter. We have shared our souls. 

  
  

Pump it UP

  
  

 

 

This is the perfect tool to get my ass back in shape. Buns of steel and all that crap.

My thighs hurt, my ankles are sore, my knees are on fire... 

Give me another month on that pad and I'll be able to do squats for hours.

Hehe...

oh... that was bad...

  
  

Tout cela serait circonstanciel

  
  

Qu'est-ce que je ferais s'il s'installait

Si un pont se jettait sur mon île

Si mes yeux se posaient sur le reflet et trouvaient le miroir

Il ne s'invite jamais... Il a déjà un pied dans la porte

Reste à savoir... si les corridors lui sont familiers

Reste à savoir... s'il s'y est déjà égaré, pour pouvoir rester plus longtemps

Peut-être l'imaginer une compagnie discrète

Peut-être dans ses poches a-t-il un soleil

Parce que dans la lumière même les ombres sont rassurantes

C'est le risque des portes sans serrures, la liberté 

  
  

Missing comment (and technical issues)

  
  

Someone left a comment on my last post but it ended up in the Akismet spam trap. I deleted it by mistake, having skimmed the content of the spam I had this morning.

So whoever you are, I'm sorry. Please repost... please?

Thanks.

 

And... My VERY gracious host Franky at Am I Famous Now has been battleling vicious spam bots lately, and also somewhat overloading the server for a few experiments... SO. Thank you for your patience while attempting to access this site, and thank you Franky for understanding my panic attack ;)

  
  

Courageous ramblings

  
  
One thing I know I have acquired with time, writing on this blog, and meeting wonderful people, is courage. Courage to accept my needs, to be who I want to be, to express my true feelings.

Courage to stop hiding my weaknesses. It's easy for me not to judge people, but predictably I'm the most cruel judge of myself. And this is why it took me so long to be where I'm at right now. Who I am, as a whole, is perfectly presentable, functional in society, productive in the work place. It's the bits and pieces, the strays... So well hidden, but at some point, it was bound to crumble, the nice image, the character I thought I had to be. Not exactly playing a part, but not being totally true either. Real life reality tv.

If I have made one mistake, a real one, it's to have silenced and killed my emotions, hidden my feelings, my humanity, from my children. Anguish, anxiety, pain, sadness, love. Not to show when I am moved, troubled. And I look at them, and see them struggling to do the same, and to a certain degree, they succeed. I cannot say I am ashamed, because I didn't really know what I was doing. But I am sad. So fucking sad. I just hope it's not too late.

Six weeks ago I had built up enough courage to tell him it was over. Tell him I am leaving soon. I had been thinking about it for years... years. Never again in my life will I let things go this far because of fear and lack of courage. But there is still more where it came from. Courage. I intend to use it.

Courage to let love, happiness, peace touch me. Things I never really believed I deserved. Weather I get to experience them or not in the future, my future life, at least I will have given myself the chance. I jumped... Not to a certain death, as I though I was, but to a certain life. Courage I have found in you, that come to read here, and you that I read. I want to live man, just live and stop always being so fucking afraid. Whatever I think I lack, whatever I think I am not, whatever I think I can't do... Whatever happens... I have this. Courage.

 

  
  

Behind je vois devant

  
  

Some will die in hot pursuit while sifting through my ashes
Some will fall in love with life and drink it from a fountain
That is pouring like and avalanche coming down the mountain

-Pepper/Butthole Surfers

 

J'ai soif.

Je cours.

Another one another one is here somewhere... Filled its pockets behind my back, full of my resolve... I hear hear hear don't you? Another one, somewhere, I hear... I thought I heard it... Somewhere behind me...

Et c'est devant maintenant... C'est là que les pas résonnent... Je ne suis toujours pas rendue... Pourtant.

Je cours.

 

 

  
  

Glimpsed from the platform

  
  

Having caught glimpses, it makes it easier to believe.

Beauty, in glimpses, goodness, in glimpses.

It's climbing the stairs at the waterpark, getting to the top and looking down.

It's being out of breath, reaching for the railing, wavering from the sight.

At the sun drenched bodies, at the water drops flying off in sparkles from a boy's hair.

A line drawn from my eyes to yours, to theirs. 

A collective sigh of pleasure, an ocean of laughing souls.

Once my voice was dancing with the surf. Once it stayed on the bank.

Drying, disappearing as fast as the streaks of foam left behind.

But at the top... I can believe I still belong it this echo.

Amazing how the climb is long and arduous. How the descent just happens.

I'm hanging on to the the railing, not quite fighting the pull yet.

Just getting some glimpses.

 

  
  

À Bizoune...

  
  

À Bizoune... 

En vieillissant, y a plein de choses auxquelles on pense. Y a plein de choses qu'on a pas pensé. Y a plein de choses qu'on se reproche. Y a plein de choses qu'on voudrait changer. Mais...

Y a une chose que je ne voudrais pas changer, et ça,

C'est TOI.

Je t'aime xxx 

 

J'ai refermé la carte avec un gros motton.

-Moi aussi je t'aime fort papa.

Et je l'ai embrassé. Mon papa. Mon papa d'amour, que j'ai tellement détesté de ne pas être là, d'être ailleurs tout le temps quand j'avais le plus besoin de lui. Sur le party, en prison, avec sa femme et son fils. Mon papa qui savait juste pas comment me le dire. Qui savait juste pas comment être papa. 

Mon papa qui me donne cinquante piasses en cadeau, alors que mon salaire fait le double du sien et de sa femme. Alors qu'il pense à vendre son petit restaurant parce qu'il ne fait plus d'argent. Alors qu'il doit nous emprunter un peu de sous, parce que la loi anti-tabac les a frappés de plein fouet et que le chiffre d'affaire a baissé de pas loin de 35%. Mais de le refuser ce cinquante piasses, ce serait pire que tout.

Alors j'ai pris les sous, j'ai pris la carte, j'ai pris mon papa dans mes bras et je l'ai embrassé. Et pour la deuxième fois de ma vie adulte, je lui ai dit à haute voix que je l'aime. La première fois, j'étais assise dans le fumoir des soins palliatifs à Notre-Dame. Ma mère venait tout juste de mourrir. Dix, quinze minutes pas plus. J'ai pris le téléphone, signalé, il a répondu. J'ai dit "C'est fini papa." Il s'est mis à pleurer doucement, un ou deux sanglots, pour la femme qu'il aimé pendant six ans, qu'il a failli tuer avec ses mots, avant qu'on ne se sauve elle et moi. Elle l'a toujours aimé, jusqu'à sa mort. Et je pense qu'il le savait. Il a prit un grand respire, et il a réussi à articuler "Au moins elle ne souffre plus." "Je dois y aller papa, y a le médecin qui m'appelle. Je t'aime papa." Et j'ai raccroché.

Et puis je réalise, je sens, je sais, qu'il sera toujours là, que lorsque je partirai d'ici, ce sera dans ses bras que j'irai pleurer. 

On a passé assez d'années à valser entre amour et orgueuil. Les masques ont pris le bord ce soir.

  
  

À Bizoune…

  
  

À Bizoune... 

En vieillissant, y a plein de choses auxquelles on pense. Y a plein de choses qu'on a pas pensé. Y a plein de choses qu'on se reproche. Y a plein de choses qu'on voudrait changer. Mais...

Y a une chose que je ne voudrais pas changer, et ça,

C'est TOI.

Je t'aime xxx 

 

J'ai refermé la carte avec un gros motton.

-Moi aussi je t'aime fort papa.

Et je l'ai embrassé. Mon papa. Mon papa d'amour, que j'ai tellement détesté de ne pas être là, d'être ailleurs tout le temps quand j'avais le plus besoin de lui. Sur le party, en prison, avec sa femme et son fils. Mon papa qui savait juste pas comment me le dire. Qui savait juste pas comment être papa. 

Mon papa qui me donne cinquante piasses en cadeau, alors que mon salaire fait le double du sien et de sa femme. Alors qu'il pense à vendre son petit restaurant parce qu'il ne fait plus d'argent. Alors qu'il doit nous emprunter un peu de sous, parce que la loi anti-tabac les a frappés de plein fouet et que le chiffre d'affaire a baissé de pas loin de 35%. Mais de le refuser ce cinquante piasses, ce serait pire que tout.

Alors j'ai pris les sous, j'ai pris la carte, j'ai pris mon papa dans mes bras et je l'ai embrassé. Et pour la deuxième fois de ma vie adulte, je lui ai dit à haute voix que je l'aime. La première fois, j'étais assise dans le fumoir des soins palliatifs à Notre-Dame. Ma mère venait tout juste de mourrir. Dix, quinze minutes pas plus. J'ai pris le téléphone, signalé, il a répondu. J'ai dit "C'est fini papa." Il s'est mis à pleurer doucement, un ou deux sanglots, pour la femme qu'il aimé pendant six ans, qu'il a failli tuer avec ses mots, avant qu'on ne se sauve elle et moi. Elle l'a toujours aimé, jusqu'à sa mort. Et je pense qu'il le savait. Il a prit un grand respire, et il a réussi à articuler "Au moins elle ne souffre plus." "Je dois y aller papa, y a le médecin qui m'appelle. Je t'aime papa." Et j'ai raccroché.

Et puis je réalise, je sens, je sais, qu'il sera toujours là, que lorsque je partirai d'ici, ce sera dans ses bras que j'irai pleurer. 

On a passé assez d'années à valser entre amour et orgueuil. Les masques ont pris le bord ce soir.

  
  

mais demain

  
  

Parce que j'ai pas la force, j'ai pas le courage, j'ai pas l'expérience.

Mais surtout, j'ai pas la liberté.

C'est beaucoup plus que ce que je peux prendre. Beaucoup trop. Pas assez.

Jamais avant l'avenir n'avait été plus lourd que le passé.

J'en peux plus, j'en peux juste plus. J'veux plus être ici, ni nulle part.

J'voudrais fermer les yeux, longtemps.

J'voudrais une main sur mon front, qui me rassure doucement, pour me laisser m'éveiller quand je serai guérrie, quand je serai reposée, quand je serai capable.

Juste respirer me fait mal. La lumière, les sons, les odeurs, je me sens agressée, accablée...

et coupable de pas être capable de vivre.

La mort est mon cancer, s'infiltre, m'envahi, elle vire tout à l'enverse et sourtout, se crisse ben de moi. Du sourire que j'ai essayé de faire ce matin, de la lettre que je voulais écrire.

Quand j'ai fait deux pas, elle me sacre une poussée et me fait reculer de trois.

Elle prend les mots offerts, les caresses données, elle les bouffe et me les recrache, un tas puant, répugnant, qui me fait oublier les bons moments, les bons amis, les bons amants.

Je veux pas oublier. Je veux pas oublier ok?

Je veux juste... un break. Du soleil. Enlève tes mains d'autour de mon cou s'il-te-plaît. De l'air.

Et puis demain je me lèverai, et j'y metterai tous mes efforts. Je me lèverai et irai rencontrer le jour.

En attendant, je vais dormir. 

  
  

Coming together

  
  

When I started to write here, I was no one. I wasn't dead, but not alive. Throught the years though, I've always been swan_pr. That's not really another me. In my mIRC days I was Valhalla. Then swansong. Then swan_pr, since 1998. But I have been others as well.

This weekend I will delete my myspace page, even though it's a swan_pr space. I don't need it, don't use it. And my old hotmail accounts sporting my other me's. 

I will keep my platform27 account, but will not post new things there either. Things I have been posting there are me as well, and I don't see the point in putting them anywhere but here, even though it's a bit different from my usual stuff. It's another form of expression, but still very much who I am.

People who have met me outside of this blog know that I am not different, not a character, not just a nickname. I don't have to step out of character in my every day life. Here and there, I am whole. Keeping separate pages and nicknames have done nothing good, nor bad. It hasn't brought me anything at all.

The one person I am here, I've always been inside. But only in the last year have I let myself accept my true nature and show it to the people that have known me from before I started this blog. Most of them have welcomed my new found peace with myself. Some still wonder who the hell am I.

I don't care. I don't feel the need to separate online and offline anymore.

...and the earth becomes my throne
I adapt to the unknown
Under wandering stars I've grown
By myself but not alone
I ask no one

...and my ties are severed clean
The less I have the more I gain
Off the beaten path I reign
Rover wanderer
Nomad vagabond
Call me what you will

But I'll take my time anywhere
I'm free to speak my mind anywhere
And I'll never mind anywhere
Anywhere I may roam
Where I lay my head is home

-Wherever I May Roam (Hetfield/Ulrich)

  
  

Dans le coffre de cèdre il y a...

  
  

Je me suis rappelé il y a environ une heure d'un soir de déprime la semaine passée, où je me suis précipitée à la SAQ pour acheter une bouteille de Bailey's. Que j'ai mis dans l'armoire en arrivant à la maison. Et que j'avais oubliée.

J'suis beyond le mal de coeur, la nausée étant une compagne de tous les instants ces jours-çi, alors c'est sans gêne que j'entame mon troisième verre. Il est jamais trop tard pour connaître les limites de mon corps. J'ai jamais été saoule au Bailey's. J'bois pas souvent anyway. Je suis beaucoup trop rongée par le sens des responsabilités et de la culpabilité. Enfin... 

Ce goût est celui des fêtes. Qui s'en viennent trop vite, et pas assez vite. Plus les années passent, moins j'aime ça. Et quand je dis ça, les gens évidemment me demandent pourquoi. Mais pourquoi en fait? Oui, justement. Ma réponse plate est pleine de vérité (religion, consommation, bla, bla, bla). Mais je crois aussi que c'est autre chose.

C'est tout ces souvenirs, du temps ou j'avais une famille. Du temps où on récitait de la poésie et des monologues de Deschamps debout sur la table du salon. J'avais fait un malheur à cinq ans, en leur racontant le p'tit chaperon rouge des Cyniques. Mémé y allait de ses propres poèmes, toujours remplis de fleurs et d'odeurs de sa Batiscan qu'elle pleurant tant d'avoir quittée. Du temps où le ragoût mijotait sur le poêle à bois, où ça criait fort jusqu'à cinq heures du matin autour d'une partie de 500, pendant que je m'endormais devant le foyer en pierres des champs emmitouflée dans une courte-pointe qui sentait le cèdre.

Je n'ai plus de famille. Je peux compter sur les doigts d'une seule main les membres de ma famille immédiate. Mon père, sa femme, mon demi-frère, la soeur de mon père et une vieille tante de 90 ans. C'est tout. Vraiment tout. Pas de cousins, cousines, tantes, oncles, grands-parents. Alors les fêtes de mon bord, tout ce que ça fait c'est me le mettre en pleine face.

Il y a vingt ans, ma belle-famille m'a accueuillie les bras ouverts. M'ont acceptée, aimée, aidée. Et pas seulement les beaux-parents, belles-soeurs et beaux-frères, mais les oncles, tantes, cousins et cousines. C'est le dernier noël que je passe avec eux.

Mon univers se rétrécit. Au nom de quoi? C'est bien lourd à porter comme décision. Qu'est-ce que je vaut sans l'amour des gens qui m'entourrent?

 

  
  

Dans le coffre de cèdre il y a…

  
  

Je me suis rappelé il y a environ une heure d'un soir de déprime la semaine passée, où je me suis précipitée à la SAQ pour acheter une bouteille de Bailey's. Que j'ai mis dans l'armoire en arrivant à la maison. Et que j'avais oubliée.

J'suis beyond le mal de coeur, la nausée étant une compagne de tous les instants ces jours-çi, alors c'est sans gêne que j'entame mon troisième verre. Il est jamais trop tard pour connaître les limites de mon corps. J'ai jamais été saoule au Bailey's. J'bois pas souvent anyway. Je suis beaucoup trop rongée par le sens des responsabilités et de la culpabilité. Enfin... 

Ce goût est celui des fêtes. Qui s'en viennent trop vite, et pas assez vite. Plus les années passent, moins j'aime ça. Et quand je dis ça, les gens évidemment me demandent pourquoi. Mais pourquoi en fait? Oui, justement. Ma réponse plate est pleine de vérité (religion, consommation, bla, bla, bla). Mais je crois aussi que c'est autre chose.

C'est tout ces souvenirs, du temps ou j'avais une famille. Du temps où on récitait de la poésie et des monologues de Deschamps debout sur la table du salon. J'avais fait un malheur à cinq ans, en leur racontant le p'tit chaperon rouge des Cyniques. Mémé y allait de ses propres poèmes, toujours remplis de fleurs et d'odeurs de sa Batiscan qu'elle pleurant tant d'avoir quittée. Du temps où le ragoût mijotait sur le poêle à bois, où ça criait fort jusqu'à cinq heures du matin autour d'une partie de 500, pendant que je m'endormais devant le foyer en pierres des champs emmitouflée dans une courte-pointe qui sentait le cèdre.

Je n'ai plus de famille. Je peux compter sur les doigts d'une seule main les membres de ma famille immédiate. Mon père, sa femme, mon demi-frère, la soeur de mon père et une vieille tante de 90 ans. C'est tout. Vraiment tout. Pas de cousins, cousines, tantes, oncles, grands-parents. Alors les fêtes de mon bord, tout ce que ça fait c'est me le mettre en pleine face.

Il y a vingt ans, ma belle-famille m'a accueuillie les bras ouverts. M'ont acceptée, aimée, aidée. Et pas seulement les beaux-parents, belles-soeurs et beaux-frères, mais les oncles, tantes, cousins et cousines. C'est le dernier noël que je passe avec eux.

Mon univers se rétrécit. Au nom de quoi? C'est bien lourd à porter comme décision. Qu'est-ce que je vaut sans l'amour des gens qui m'entourrent?

 

  
  

not. a lot. much.

  
  

I'm in a nolifeland. I feel as though I don't exist, at this very moment. Invisible, unreal. I cannot even say lost or floating or... anything, since I am not real. I don't occupy any space tangible.

I'm supposed to be somewhere that doesn't exist yet. I'm here where I've been gone from. I'm a ghost in my own life. An ex me. A used to be me. Living, smiling, working, cleaning, fucking... Dreaming. Too much.

Consciously I've severed ties that had no reasons to be anymore. What I didn't expect was the wait. I thought. I thought I was setting myself free, when in fact I just built the meanest prison I've ever known, I've ever lived in.

I was counting the days. I am now counting the realities. The fears. I have to stay for now, I have to do my time, eat the bread, mop the floors. I hear the keys tingling, hanging from his belt.

I'm so fucking sick and tired of being sick and tired. Of myself. Of time eluding me, having nothing to offer me but more waiting. And as the days pass, I start to question the reality of what I've done. What if it was only in my head, what if I never really said what I said, what if by staying I am erasing the very real moment I've created and taken charge of and made happen?

But I know... I know it's only right now all this. My life has never been this temporary. And I've seen... what it can be. What it WILL be. From the top yes, I've seen. It's burned in my memory. And regardless of how shitty I feel right now, I KNOW.

It was real. It has happened. And when the time comes, I'll be ready.

In the mean time, let's get the crappy decorations up and pretend for a little longer shall we? 

  
  

Undone... climbing?

  
  

Trenches were a refuge (a place to catch my breath)

Trenches were respite (a place to lower my head)

Trenches were silent and calm (a place to hear)

Trenches were hiding depths I couldn't see (a place darker than the shadows)

Trenches have become hill sides, mountain slopes, deep valleys.

Trenches have swallowed me

  
  

Undone… climbing?

  
  

Trenches were a refuge (a place to catch my breath)

Trenches were respite (a place to lower my head)

Trenches were silent and calm (a place to hear)

Trenches were hiding depths I couldn't see (a place darker than the shadows)

Trenches have become hill sides, mountain slopes, deep valleys.

Trenches have swallowed me

  
  

Code

  
  

Prisonnière de mon écran, de mes mots, dans ma maison, dans mes pensées.

Prisonnière de ces mains qui se tendent, avec tant de ferveur, auquelles je m'accroche en leur arrachant la peau.

Prise dans le vide qui s'emplit d'incertain, mon vide, où j'y met ce qu'il ne faut pas.

Pognée. Fucked.

Tout est à ma portée, derrière un mur de verre trempé.

Je veux sortir, voir, respirer en vrai. 

Prisonnière de moments tourmentés, moments illuminés, sans aucune continuité.

Une libération conditionnelle.

J'étouffe de tout vouloir. 

Spectatrice de vies virtuellement heureuses.

 

 

  
  

Feh!

  
  

Party de noël de compagnie demain... 300 personnes... 150 suits Moores en rut. Une madame avec un kit du tonnerre...

Grosse salle de réception italienne à St-Léonard, souper 78 services, buffet en entrée, buffet en entremets, buffet de fin de soirée, fontaine de chocolat... wiiiiii. Eurk. (N'oublions pas l'orchestre disco revival, le continental, le train, et les moves à la John Travolta) J'ai déja mal au coeur.

Bonsoir! Salut, ça va? Allo! Comme si ça faisait pas 24 heures qu'on s'était vus, mais plutôt 5 ans. Fait chier (en fait y a pas grand chose qui me fait pas chier cette semaine, genre un propriétaire qui met un logement à louer et qui ne retourne pas ses appels, genre faire le crisse de mail Champlain au complet pour finalement RIEN trouver, genre vouloir me faire des toasts pour souper pour me rendre compte qui a plus de pain)

Positif: Pouvoir magasiner dans les boutiques normales, essayer des vêtements, et qu'ils me fassent! Ça fait un an que je ne porte plus de housse à tank à eau chaude, et j'éprouve toujours autant de surprise et de plaisir à constater que le extra large, c'est trop grand, pas trop petit.

Très positif: Trouvé un look super, 50's, du veston aux shoes, pas cher. Même les madames qui magasinaient me complimentaient. Je l'prend, merci beaucoup. Jamais eu autant de compliements. Mets ça dans le sac avec ma facture svp.

Poche: Je manque le Marathon des Crottés. Je vous souhaite une bonne soirée, et je vais venir faire un tour en revenant, si j'ai pas trop bu de vodka canneberge dilués (c'est bar open...)