Skip to main content

Posts

Showing posts from June, 2008

La silencieuse harmonie de mai en juin

  
  
C'est l'été on dirait bien. Je ne pense pas me marier de sitôt, mais j'apprend à rouler les fenêtres ouvertes et à vivre sans trop souffrir de culpabilité. J'ai laissé tomber mes dernières défenses et décidé que je ne pouvais aimer à temps partiel. Que je ne pouvais aimer sans le dire. Que je ne pouvais aimer sans l'être en retour. Et chaque matin semble plus facile à vivre que le précédent. Le fleuve était agité et le ciel était gris et la pluie battait contre le toit de tôle et comme les tempêtes intérieures le calme est parvenu à me trouver. La paix de l'âme est sans prix, vaut tout. Je met un pied devant l'autre, sans trop me soucier du vide qui pourrait surgir.

Je suis la source inatendue, le vent de face, l'abdication des rêves chambranlants de l'artiste au génie tourmenté, la mer chaude aux promesses en crêtes pétillantes. Je suis tout ce qui n'a jamais été espéré. Et je suis parce qu'il est. Parce que d'être peut être bon. N'a pas à être mérité. Ne porte pas de conditions. Parce que dans le noir mon corps trouve toujours le sien, peu importe la distance. Les courants, les dérives, je suiverai, jusqu'aux gorges, jusqu'aux grottes, jusqu'au bout.
  
  

J'espère

  
  
J'avais pas l'intention de faire de post pour la St-Jean. Juste parce que j'étais pas chez moi. Et puis je reviens et je fais le tour et je lis une tonne et demi d'idioties et vraiment, non, je suis ne suis plus trop fière.

Oui, hier je suis descendue parmi les bédaines et les tatous. Oui j'ai aimé ça Xavier Caféine et Loco Locass. Et j'ai trouvé le monde beau. Les hommes, les femmes, les enfants. Chinois, libanais, africains, latinos, haïtiens, italiens, grecs, et on bouffait de la poutine et des empenadas en buvant de la Bleue tiède et flate pis on se faisait des sourires, pis j'ai pas eu de misère du tout à m'identifier à tous ceux qui m'entouraient.

J'ai crissement plus de misère avec ceux qui beuglent que les québécois c'est une gang de BS obèse pas éduquée.

La mort du Québec, du québécois n’est pas juste due à Star Académie et Cinéplex Odéon. Il n'y a pas que les spectateurs de Loft Story qui nous tirent par le bas. Il y a tous les autres, qui préfèrent taper sur leur clavier que leur patrie leur fait honte, qui aiment mieux chier sur une journée de party qui fait du bien, qui annonce le début de l'été, qui nous permet d'échanger des sourires avec des étrangers, ce qu'on ne fait plus jamais. Et puis je vous avoue quelque chose. Des groupes comme Loco Locass me donnent espoir.

Il n'y a pas que des losers, des BS et des caves ici. Il y a aussi des hypocrites. Arrêtez de toujours regarder vers le haut, vers l'état, pour vous sortir de la marde et de regarder vers le bas pour vous réconforter que vous êtes pas si pire. Arrêtez de brailler que tout va mal et impliquez vous. Arrêtez de rire des autres et regardez vous donc dans le miroir. Et si vous n'êtes toujours pas heureux ici, si vous pensez que vous êtes au dessus de tout ça, de nous tous, si les québécois vous font toujours aussi honte, déménagez donc en bas ou l'autre bord de la flaque, ou même au bout de la 40. Ça doit être tellement mieux qu'ici.

Pour ma part, je préfère croire que tout espoir n'est pas perdu. Je préfère les discours grandiloquents, les élans patriotiques théâtraux, à n'importe quel bitchage. J'ai espoir.

Les Géants
-Biz, Batlam, Chafiik

Donne la main à toutes les rencontres, pays
Toi qui apparais
Par tous les chemins défoncés de ton histoire
-- Gaston Miron


Nous sommes issus d'un sol immense, qui nous a tissés métissés
Rebus de brins de laine tressés très serré
Sans couture au sein d'une ceinture fléchée
Comme quelque queue clinquante de comète effilochée
Et si l'on suit le fil de notre texte il
Mène à la sortie du labyrinthe de Pan
Qui nous éreinte depuis qu'ils ont mis nos torts dedans
Ils ont conquis nos territoires, pillé notre histoire et volé notre mémoire
Avec leurs thèses de fous, ils nous ont dit: «Taisez-vous!
Vous ne valez pas 10 sous
Vous n'êtes pas vous, vous êtes nous
Vous êtes dissous
Notre substrat vous subsume et la comparaison vous consume»
Faux! Nous venons d'avant
Nous sommes antérieurs
Nous sommes des créateurs, pas des créatures, pas des caricatures
Notre maison n'a pas de cloisons
Mais quatre saisons
Acclimatés au climat
Et faisant fi du frimas
Nous avons parcouru par ses artères tout un continent titan
Notre espèce aspire à l'espace et son empreinte est partout
Tapie dans la toponymie
Gravée dans le granit, égrainée sur la grève
Arc-boutée dans les arches de nos dingues digues dignes de la muraille de Chine
Dans les champs essouchés sous la lune
Et les racines d'un hêtre qui ne peut plus plier
C'est une histoire riche qui n'est sur aucune affiche
Et qu'on a laissée en friche
Dans nos caboches, ce n'est que roches et fardoches
Cosmogonie à l'agonie
Dans le tome fantôme du grimoire d'une mémoire moisie
Sur nos épaules on porte pourtant le pack-sac d'un passé épatant
Mais allons-nous mourir en nains quand nous sommes nés géants?
Sitôt venus au Nouveau Monde
On a dompté les hivers et fabriqué de la terre
On avait la tête à la fête et le coeur au labeur
Opiniâtres, on n'a jamais laissé mourir le feu dans l'âtre
Car nous avons la tête à Papineau
La longue langue agile de Da Costa
Le coeur-corsaire de d'Iberville
Qui envoie en nos veines
Le pur-sang mêlé-mêlé de Riel et des Premières Nations
Nous avons l'aviron de Radisson, la vigueur de la Vérendrye
Les jarrets de Jolliet et tous les talents de l'intendant Talon
En somme, nous sommes des surhommes uniques
Générés par le génie génétique de l'Europe et de l'Amérique
Inéluctablement, nous voguons vers le néant
Mais allons-nous mourir en nains quand nous sommes nés géants?
Opaque, il faut qu'enfin notre épopée éclate
C'est sans équivoque, cette Histoire est pleine et craque
Loco Locass la provoque de son verbe épique: les eaux sont crevées
Et tombent en trombes et forment une flaque, que dis-je, une flaque
C'est comme un lac à nos pieds
Le col se dilate
Le sol s'écarquille
Pour laisser monter un corps en forme d'ogive
C'est le chaos qui «paaaaaasse» dans le chas d'une aiguille
C'est un cri qu'on pousse, un coeur qui pulse
Celui d'un peuple qu'on accueille ou qui frappe un écueil
Dans l'oeil du cyclone, chaque seconde en vaut quatre
Nous rapproche d'un miracle
C'est un spectacle sans entracte
Mais gare à l'arrêt cardiaque
Entre la mort et la vie
L'arrivée d'un homme comme lors d'un référendum
Un peuple oscille entre le rien et tout ce qui brille
Je pose des mots garrots gare au flot hémorragique
Ô ma rage gicle par tous les pores de mon coeur spongieux
Sur ce son long jeu conjure ma mortelle nature
Et nous disons que la parole est une sage-femme
Qui tire des limbes un monde à naître
Fort de cette maïeutique aux forceps
Le poète nomme enfin celui dont il voit poindre la tête:
QUÉBEC!
  
  

C'était débarré

  
  
Je refermerai un peu la porte après ce message, mais
je ne la vérouille pas non plus.

Je pense à toi parfois. Souvent ces jours-ci. Je sais pas pourquoi, peut-être parce que toi aussi. J'ai relu notre dernier échange, qui date déjà d'un peu plus d'un an. Et j'ai toujours les mêmes questions en têtes. Celles que je n'ai jamais osé te poser. Et aussi certaines qui se sont formées au fil du temps. Je me demande par dessus tout si tu l'aimes toujours autant. S'il t'a finalement convaincue de faire un bébé. Ça m'a toujours attristée de constater à quel point tu te sentais le devoir de le défendre, de justifier son refus d'accepter ses actes. Mais je ne t'ai jamais jugée, surtout pas pour cela. J'ai toujours ces deux dates en tête. Ces dates qui te faisaient rager, finauder, supplier. Celles qui représentaient tout pour toi, toute la différence. Il n'y avait pas que mon cul que je couvrais avec mon silence. Il y avait ta raison. Je crois que tu l'aurais quitté si tu les avais eues. Trois vies bouleversées, c'était assez. Pas besoin de les briser.

Je pense à toi parfois. Je revois la photo que tu m'avais envoyée, ton corps mince, tes cheveux blonds, ton beau sourire. Et les contrastes entre nous, et pourtant la surimposition c'est faite instantanément. Après quelques lettres nous parlions le même langage. Et l'écho que j'entends toujours, c'est celui de nos voix muettes qui criaient notre besoin d'amour. Sans jamais l'avouer. Je crois que notre désarroi commun nous aura unies. Mes amours en décomposition, plus d'ancre, plus de port. J'étais si seule. Et toi au bord du gouffre de la perte. Et nos mains qui cherchent à s'accrocher à quelque chose, n'importe quoi, n'importe qui. Et qui de plus improbable que l'une pour l'autre?

Je pense à toi parfois. Est-ce que tu viens toujours ici? Où en es-tu avec ta vie, la sienne, la vôtre? Comment tu as pu vivre tout cela, comment tu as pu lui pardonner... Je t'admirerai toujours pour la force dont tu as fait preuve. J'ai tout effacé de cette époque, de ce moment dans ma vie. Sauf toi. Comme un phare, tu as doucement parsemé de lumière mon chemin que je croyais avoir à parcourir dans le noir à tout jamais.

Je pense à toi ce soir. Tu me manques. J'aurais aimé te le dire autrement. Mais tout est ici, mon message pour toi, et si mon coeur ne me trompe pas, je crois que le tien en captera l'essence.
  
  

"Ainsi va le monde. Ce n’est pas ma faute."

  
  
Toujours pas de nouvelles du diâble. I'll leave it at that. Shouldn't be too long now, and I really don't want to jinx it.

J'ai downloadé Spore Creature Creator hier soir. Et acheté la version complète tantôt. Bye bye les Sims man. Wow!

J'écoutais une pauvre folle psychologue chier sur la fille de 14 ans qui a lâché l'école et s'est embarqué dans une relation de trois ans avec un violent. Elle a fait des choix, qu'elle disait. Elle a CHOISI de rester, de ne pas partir. Pauvres parents désemparés qui ont appelé la DPJ parce qu'elle refusait de retourner à l'école, parce qu'elle refusait de revenir à la maison. Sale petite ingrate. J'étais tellement pompée que j'ai fermé la radio.

Qu'est-ce que ça va prendre pour que les parents fassent leur job un jour? Quand est-ce qu'on va arrêter de penser qu'un enfant de 12, 13, 14 ans c'est capable de prendre des décisions matures? Une fois qu'ils sont capables de se faire des grilled cheese ça ne veut pas dire qu'ils sont assez autonomes pour se passer de discipline, d'amour, d'attention, d'affection, de support, d'encadrement.

Le problème qu'ils disent, c'est tous ces jeunes qui ne savent pas vivre, c'est tous ces jeunes qui vivent dans leur portable, ipod, cell, la porte de chambre fermée, les écouteurs enfonçés dans les oreilles. Non le problème c'est vous autres. Votre trip de procréer parce que votre vie serait une fosse septique sans enfants. Parce que vous êtes tellement égocentriques que vous vous promenez avec vos kids habillés chez Clément à 150$ le chandail comme si c'était un fucking accessoire mode qui fit avec votre belle Volvo station silver et votre chien et votre belle maison à 500000$. Le problème c'est que quand ça pogne 10-11 ans, c'est moins cute, ça raisonne, ça argumente, ÇA VOUS IMITE. Et c'est là que vous lâchez prise. C'est là que vous vous rendez compte de comment triste est votre réflexion dans le mirroir malgré votre laveuse frontale à 1500$.

Le problème, c'est que vous leur donnez tout. Sauf de l'amour. Sauf du temps. Sauf votre attention. Sauf votre dévouement le plus complet. Vous ne verrez jamais d'amour et de reconnaissance dans leurs yeux tant que vous leur donnerez des cellulaires, des moppettes, votre carte de crédit.

Je suis tannée des parents de ma génération. Tannée des enfants-roi qui ont enfanté des enfants-dieu. Plus capable du chiâlage, du dénigrement, de la négligeance, de l'abandon.

Et pourtant... Je les regarde aller ces ados et je les aime. J'ai envie de tous les aimer, comme j'aime les miens. Parce qu'au fond, c'est juste ça, juste des enfants un peu perdus. Je ne peux me faire bergère, mais j'aime à croire qu'ils finiront par trouver leur chemin. Malgré vous autres.
  
  

Pleased to meet you

  
  
Je suis sur le point de vendre mon âme au diâble.

Mais le diâble m'offre un salaire intéressant, trois semaines de vacances, 15 jours de maladie, la semaine de quatre jours, un fond de pension, des assurances à plus finir, de la formation continue et le summum de la réussite professionnelle...

Mon propre cubicule!

Je vais demain le rencontrer en personne et l'impressionner avec mes charmes à plus finir et ma personalité peut-être un peu trop pétillante.

Si tout va comme je le crois, je devrais verser quelques gouttes de mon sang au bas d'un contrat d'ici quelques jours.

C'est curieusement un moment heureux.
  
  

Well..

  
  
Scuzez pour le drame... Je me réessaie à la vie. On sait jamais, ça peut peut-être marcher!