Skip to main content

Posts

Showing posts from 2011

that word

  
  
I was thinking thinking that I can do this as easily as it would be to sit and do nothing since it’s all in here. All in here but the thing is I have to let it come out. Obstructed funnel.

So, I was thinking, one of these days, yes. Then one of these days came and still nothing. I’m sitting here, sleep deprived, semi-drunk, heartbroken, lonely and desperately mute with the loudest loudest loudest fucking party in my head and I am NOT invited.

call the cops
If you didn’t care, what happened to me, and I didn’t care, for you, we would zigzag our way through the boredom and pain. Occasionally glancing up through the rain.

we. that. word. we. will be the end of me.

you know when the end comes, all they will say is, all she wanted was to be loved. by any means necessary. I was thinking that. no way, no fucking way. but all I can do is get angry at myself again and again. and it’s the easiest thing in the world.

I drive men mad. away. and so I was thinking that we business is just an excuse to get me some free abuse. once I wrote I wrote forty thousand words to explain why and how and yes it hurts but it’s ok because that’s all I deserve that’s all I’m good for. I’ll deny myself my bed, food, water, but do anything. any. thing. for we. and don’t you understand that that’s what you need too? can’t you see that. I’m just mad. insane. I was thinking I can’t say that so I’ll write it but. it’s all the same. my mind is gone along with the words.

all changes saved

iwasthinking
iwas
I think I was somewhere
went

I was going places I had dreams I had no we but a strong I and then I. went mad. that’s where. occasionally glancing up through the rain.
  
  

Cyclades

  
  
Bon, oui, je réalise que c'est pas mal déprimant ces derniers temps. Mais ça va hein. On vire pas fou avec ça. C'est ce qui sort et qui se rend ici, c'est tout.

J'aurais dû vous parler de choses super trippantes qui me sont arrivées ces dernières semaines, comme enfin rencontrer Éric, lire La Solde (je ne suis absolument pas bonne pour les critiques ou les résumés. C'est bon, c'est drôle, c'est tragique, c'est lumineux, c'est noir, voilà), des partys entre amis vraiment agréables (les amis ET les partys).

Il y a eu des soirées ici aussi, devant l'ordi, à échanger des tounes sur tksync.com avec les copains qui tweetent. C'est dément comme expérience, faut l'essayer!

Il y a de la musique. Et encore de la musique. Des nuages parfois, bien sûr, mais pas tout le temps.

Mon prochain rêve est dans un dossier, en photos seulement pour l'instant. Septembre. Je sais pas si ça se réalisera, mais plus je me pratique à rêver, mieux j'y arrive. C'est comme la guitare, faut pas lâcher, même quand les doigts font mal, même quand ça fait ploïng krouïng crïng.

  
  

Blast from the past: Released

  
  
Publié la première fois le 30 janvier 2006

Le 17 novembre elle aurait eu 62 ans.

Le 12 décembre ça a fait 11 ans qu'elle est partie.

***

When she told me her doctor was putting her in palliative care at Notre-Dame, I knew it was over. She acted like it was a temporary thing, just to get some strenght back. I never asked her if she really believed that. I could hardly deal with it myself. All it meant, all I heard was "I'm going to the 5th floor, to die". Because that's all it meant really. I had been looking at the cancer killing her for six years. Looking at death making it's way, drying her skin, rotting her teeth, pulling her hair, eating her flesh, taking away her life so slowly I almost wanted to help her go sometimes. For some years she did good, but the last 9 months were a complete waste of life. For everyone. I mean, how many times can you say goodbye, how many times can you prepare for death, how many times can you go over the paperwork to make sure everything is in order? Six years is a long time. Nine months is an eternity.

Before she was sent to the fifth floor, she was at the long term care unit, with the crazies, homeless, kinless, lifeless. People strapped to their chairs, sitting in their shit all day. People screaming all night, not able to get sleep. We couldn't have her at home, not with two small children. For us, but mostly for her. I could see she was going. She needed medical care everyday. So that day, when I came to see her, and she told me she was moving up, she seemed almost happy, relieved.

She sat in a wheelchair and a nurse brought us to the fifth floor. Exit the shit smell and the screams. The elevator door opens to carpeted floors and classical music coming out of nowhere, paintings hanging on the walls. A volunteer greeted us and took us to her room. Private, huge, filled with sunlight. He asked her if she wanted anything, she asked for a glass of juice. He brought it in a wine glass on a platter. And yet everything spelled death. I couldn't even talk, it was surrounding me, hitting me, killing me. I helped her settle in her room, we visited the music room next door, the smoking room across the hall, the kitchen where she could keep her energy drinks and stuff. Then I left. The following day I came back and put some christmas decorations up in her room, it was the 9th of December. On the 10th I brought her home with me to have a small dinner and put up the christmas tree with the kids, we sang some carols and I took her back to the hospital. She threw up in the elevator, even though she barely ate at home. She was really weak. The following morning, the 11th, my birthday, the hospital called me at work.

"Your mother had an embolism last night. She's a DNR, so we could only help her breath. Unfortunatelly she lost consciousness, and probably has only a few hours left." I have no brothers or sisters, nor did she. No immediate family either. For the next 24 hours it was me and her in that room. Me and a body I could not touch at first. A face trapped in pain, invisible, silent. The nurses would give her morphine when we thought she was in pain. Slowly, I started to stroke her face, wash her mouth, massage her hands, I sang to her I think, told her secrets, stories. Told her I was there for her, that I loved her.

Around 2 o'clock on the 12th, I saw she was getting agitated. I was sitting next to the bed, a volunteer from the cancer support group standing next to me. In the music room next door a pianist was playing Suzanne, and I held her hand and told her it was ok, let go Mom, it's ok, I'm here, I love you, but you have to let go now ok? it's all right, her pain was pulsing, trying to rip through her, but I think that she was trying to talk, and I like to think that in her last few breaths I heard her say I love you. One last tiny breath, and she just stopped fighting.

And I held her hand for a while longer, talking nonsense to her stomach where I had lain my head, hearing the soft melody coming from the piano and then the slience. Only my breath against the blanket, my blood in my ears. And then nothing at all.

***

Tu me manques encore à tous les jours maman.
  
  

So You Want To Be A Writer

  
  
if it doesn't come bursting out of you
in spite of everything,
don't do it.
unless it comes unasked out of your
heart and your mind and your mouth
and your gut,
don't do it.
if you have to sit for hours
staring at your computer screen
or hunched over your
typewriter
searching for words,
don't do it.
if you're doing it for money or
fame,
don't do it.
if you're doing it because you want
women in your bed,
don't do it.
if you have to sit there and
rewrite it again and again,
don't do it.
if it's hard work just thinking about doing it,
don't do it.
if you're trying to write like somebody
else,
forget about it.
if you have to wait for it to roar out of
you,
then wait patiently.
if it never does roar out of you,
do something else.

if you first have to read it to your wife
or your girlfriend or your boyfriend
or your parents or to anybody at all,
you're not ready.

don't be like so many writers,
don't be like so many thousands of
people who call themselves writers,
don't be dull and boring and
pretentious, don't be consumed with self-
love.
the libraries of the world have
yawned themselves to
sleep
over your kind.
don't add to that.
don't do it.
unless it comes out of
your soul like a rocket,
unless being still would
drive you to madness or
suicide or murder,
don't do it.
unless the sun inside you is
burning your gut,
don't do it.

when it is truly time,
and if you have been chosen,
it will do it by
itself and it will keep on doing it
until you die or it dies in you.

there is no other way.

and there never was.

- Charles Bukowski
  
  

363 jours

  
  
je ne comprends pas trop comment pourquoi mais tout me tire me pousse et je veux partir me sauver vers ta vie me noyer dans ta vie n'importe où n'importe quoi sauf la mienne et comment ça pourrait être impossible comment il pourrait être trop tard alors qu'on a encore tant à vivre et tellement besoin d'aimer mais trop peur pour vraiment laisser la porte ouverte j'ai le nez qui saigne mais j'essaie encore et tant que je vivrai ça n'aura de cesse mais alors que l'évasion me semble la seule chose qui me permette de respirer sans souffrir

la réalité

ne m'oublie pas

alors résolument

je reste

sans toi.
  
  

Dancing days

  
  
J'allais écrire que je n'ai plus, pas le temps, envie d'écrire. Mais soudainement, j'ai versé un peu de rhum dans le reste de mon 7 up, direct dans la canette, en me disant que c'est de la grosse bullshit. Enfin, non, oui, c'est tout vrai, mais le besoin... Ben c'est ça le problème. Le besoin est là, toujours là à me dire come on, une ligne, un paragraphe sti, please. Et moi j'suis là, non, non, j'ai pas le temps, j'ai rien à dire, rien de bon, tu vois. C'est. Pas. Bon. Je disais y a pas longtemps, je déteste me voir en photo. Aucune photo, sont toutes laides. Je suis laide sur toutes mes photos. Ou Grosse. Ou laide. Et écrire, c'est comme prendre des photos, et poster sur mon blogue, c'est comme vous les montrer. Mais comment je pourrais montrer mes photos si je les aime pas? Mais des fois pourtant, dans le miroir je me regarde et je me dis, wow, ça ferait une belle photo, je suis belle aujourd'hui. Et c'est comme ça qu'il y a des billets qui apparaissent ici.

Des fois j'aimerais vous parler du garçon qui répare son bécyk pas cassé en épiant sa voisine Carole, du bébé à moitié gelé que la caissière du IGA a trouvé dans un panier au bout du parking, ou du village où ça sent la moulée à chien quand il pleut. Ça serait peut-être plus facile, j'apparais pas sur aucune de ces photos.  Mais le portrait final, ouais, c'est moi. Grosse. Ou laide. Ou juste Swan. Elle fuck le chien un ti peu des fois Swan. Je croyais qu'on était qu'une elle et moi. Mais j'ai bien l'impression que je l'étouffe un peu trop depuis un bout. Et puis là, elle me donne de la marde voyez. Je sais pas trop où s'en va cette histoire. C'est pas un combat à finir. Plutôt comme une danse, où j'ai pris le lead un peu trop longtemps. J'ai pas vraiment envie de m'accrocher au rôle non plus. C'est correct. Je peux laisser aller.

Il y a eu une époque où elle faisait plus que leader. Elle dansait pour nous deux. Équilibre tsé. Ça ne peut se maintenir d'un côté ou de l'autre bien longtemps. La balance penche à nouveau, à nouveau, ch-ch-ch-ch-changes. Je t'aime Swan. T'es belle sur tes photos. Même quand tu souris pas. Même quand tu te fâches. Même quand t'as de la peine.

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=Ke27QakSPxM?rel=0&w=480&h=360]
  
  

That one time

  
  
I don’t know how it came about. It just did. One thing led to another. That kind of thing. The kind of thing that just happens, and when you talk about it, you want to say it was a coincidence, but no, that’s not the word you’re looking for. And since you don’t believe in any kind of fate or synchronicity crap, well, there are no other words and coincidence will have to do.

The time slowed down to a low, pulsing rhythm. It might have been The Stones. Or the wine. She kept on talking about death, and how it came about in her life. How it did not scare her anymore. Her hands flew in the air to emphasize, as it demanded, such a grand revelation. And while she talked, while she tried to convey all her beliefs in short bursts of words and silences, even though she wasn’t looking, she could see. She could feel his eyes, his understanding, his heart yearning for her love of life.


There is much to be said about the things we think we have to do, we think we need, and what actually needs to be done to be truly alive.

The wine had stained his lips and collected at the corners of his mouth. She imagined hers, tasting. Resting. Giving. His glasses were dirty and his eyes half closed and she wondered how come he could see so clearly. The night was almost over, and even though the proximity was choking her, they never ever let the distance leave them. The night was in fact over. No bridges crossed. No hands touched. A heart cried. The other, she’ll never know. Never again.


I don’t think anything could have been done differently. It just happened and then it never happened. Disappeared, like the wind blew it away while I left the door opened a little too long. And yet, it wasn’t my intent.

Like flames, like flames she threw herself at the possibilities. Like flames, they lived hard, fast and bright. All she had. And it burned.


Embers. I have to believe in embers. And my slow breath onto them.
  
  

L'été blanc

  
  
[haiku url="http://dc340.4shared.com/img/153218134/2208fd13/dlink__2Fdownload_2FPLongmr_5F_3Ftsid_3D20111026-040833-16fb94/preview.mp3" Title="White Summer"]

De la galerie, la vue donne l'impression d'un champ, dune vie ailleurs, en d'autres temps. Un peu de vent ferait se soulever la poussière et tu plisserais les yeux en scrutant l'horizon, te demandant si c'est le bon jour, le bon moment.

Quand je passe devant chez toi tu y es, même si tu n'y es pas. Je te sens, de la rue je te vois, tu habites l'endroit comme un rire fort dans une caverne profonde. J'espère toujours que nos yeux se croisent, que tu m'invites enfin mais ça n'arrivera pas. Les gardes sont à l'affût.

Parfois j'imagine que tu vois ce que je vois. Et tu descends les quelques marches qui nous séparent. Tu me rejoins, en traversant sans difficulté la clôture, tu me rejoins et on avance vers la vie d'ailleurs, on y pénètre, laissant les gardes en plan, parce que nous, on voit, on va et ils n'y peuvent rien.

J'ai envie de ce mouvement de nos pas vers la voie poussiéreuse au bout de la 3e avenue. Il n'y a pas de porte tu vois. C'est nous qui dessinons l'entrée.

Et il y a des forts où nous pourrions habiter, des ponts-levis au-dessus de fosses profondes, mais toujours nous garderions l'oeil sur la route devant, car jamais elle ne cesserait de nous appeler. Des forts, juste pour ces moments où le souffle calmant de l'aventure qui se repose avant de mieux nous reprendre s'impose. Des ponts pour prendre racine. Des fosses autour parce que nous serions une ile inatteignable.

Je passe devant chez toi, beaucoup trop souvent. Je te sens, de la rue je te vois, et tu m'habites. Je suis une caverne profonde.
  
  

On remet ça (genre de pub #2)

  
  
Une caisse de lait pleine de disques (et quand je dis pleine, c'est genre, y a pas une feuille de papier qui peut se glisser entre deux albums), ça doit peser dans les 40 livres certain. Un beau samedi matin j'ai chargé mon auto de 12 caisses (c'est à dire deux voyages de 6 caisses sur un chariot, du 3ième étage jusqu'à la rue) en prévision du show du lendemain à Ottawa.

Le dimanche matin je suis arrivée à la salle presque en retard, et je disposais donc de 30 minutes pour décharger les dites caisses, monter la table, stationner la voiture, aller faire pipi et finalement, accueillir les clients à temps. Ça été une journée mémorable. Pour moi s'entend. Un DJ plus que parfait a enfilé les tounes, partant du très rétro le matin, pour finir avec du très actuel, en passant par le reggae, le funk, le punk, le rock des 70's. Jaser avec des amateurs, des vrais, des fakes, des ti-jos connaissants, des gens super sympathiques (et même l'ami Louis qui est venu faire son tour avec sa famille!), vraiment, toute sorte de gens.


À 5 heures, on recommence (quand je dis on, dans le fond, c'est je). Charge les 12 caisses dans l'auto en deux voyages, roule sur Montréal. Arrivée à la pluie battante, stationnée pas mal loin du dépôt, je réalise que la porte avec rampe d'accès est verrouillée, et la clé dont je dispose n'ouvre que la porte avec des escaliers... Désespoir. Mais heureusement, lors des DEUX voyages, de bons samaritains m'ont prêté main forte pour transférer les caisses du chariot au vestibule. Mais quand même, les deux fois, j'ai dû les RE recharger, monter au 3ième, etc. Et puisque j'avais échappé une caisse dans la rue, dans une flaque d'eau oui, et bien j'ai dû passer une heure à essuyer des disques de Pierre Henry.

En tout cas. Tout ça pour dire, c'est le genre de truc que je pourrais m'habituer à faire plus souvent (oui, malgré les courbatures et les échymoses) et de ce fait, et bien on remet ça (quand je dis on cette fois c'est vrai, je n'y serai pas seule!) le 22 octobre à Montréal. Pouvez venir faire un tour tsé, ça me ferait plaisir :)


 
  
  

Trop souvent même

  
  

  
  

Ce dimanche (genre de pub)

  
  
Et bien euh, voilà. Par un concours de circonstances* je me retrouve vendeuse de vinyles pour une journée, ce dimanche en fait. Je m'amène avec des caisses et des caisses de trucs pas possibles, du métal au punk à l'électroweird, pour les connaisseurs et les amateurs. Je suis un peu énervée, pas mal excitée et franchement heureuse de vivre cette opportunité. Passer la journée avec des pwels et des hipsters à parler musique. Je capote.



*Non, c'est pas vrai, c'est pas un hasard. C'est une faveur que je rend à un ami (alors que hey, c'est lui qui m'en fait une en vérité!), ne pouvant faire le show lui-même.
  
  

Sea above, sky below et tout ce qu'il y a entre les deux

  
  
Juste de même, je dis ça là. L'automne s'annonce assez spectaculaire.

C'est pas toujours beau quand on se plante les pieds dans la réalité. Mais ça aide à avoir des rêves qui ont un peu d'allure.

Not putting myself in a position to fail used to be quite the challenge. Le sol est ferme, l'air respirable, avancer possible.

Quoi? C'est pas une toune upbeat? Non, pas besoin. La découverte de chacune de ses notes, c'est ce qu'il faut retenir.

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=J1TUgD8kG4o?rel=0&w=480&h=360]
  
  

Par un fil

  
  
Osti de retour de la mort. Départ en mini-panique de New York le vendredi en soirée, avec l'annonce d'évacuation et annulation des bus du samedi. Ride de nuit avec un arm-rest hoarder, des sièges en ciment et une tristesse frisant la peine d'amour. Je me suis arraché les yeux à tenter de déceler les lumières de la ville le plus longtemps possible. J'ai pris un grand respire une fois entrée dans la noirceur de la banlieue endormie et je me suis convaincue que ce n'était que temporaire. Je reviendrais. Bientôt.

Ça ne fait pas deux semaines et j'ai pourtant l'impression que ça fait des années. J'étais dans ma chambre, lumière tamisée, Dylan, encore Dylan, jouait pendant que mes doigts se faisaient aller sur le portable. Je ne pensais plus au départ depuis mon arrivée. J'étais tellement pas prête de la quitter...

En fait, je vivais une vie qui me semblait enfin réelle. Qui était mienne. L'air, l'eau, le bruit, le silence des soirées de semaine, les matins à peine engourdis, le Times, la vélocité.

Je ne suis pas faite pour être ici, dans cette vie, cette ville. À chaque voyage je reviens un peu plus déprimée. Mais qu'est-ce qui peut bien m'empêcher de vivre ce qui m'appelle si fort que les oreilles me bourdonnent à l'année, que je n'arrive même plus à me concentrer assez longtemps pour finir un chapitre, que la poitrine me sert à chaque matin quand l'alarme me projette dans le cauchemar de mon quotidien?

I'm obviously hanging onto something that wants to be let go.

Obviously. Cause my hands are bleeding mightily now.

Je me demande si mon éternel sentiment d'être à part, n'est pas finalement un message que j'ignore depuis trop longtemps. Je me perd dans une mer virtuelle où on s'applique à me mettre dans la face que je ne fitte pas là, ni là et encore moins ici. Aucun hashtag ne m'interpelle, et mes idées, mes intérêts sont au mieux ignorés, perdus dans la cacophonie des faux timides vaniteux avides de reconnaissance virtuelle. Les liens sont compliqués, les amitiés avortées, les messages sociaux véhiculés empreints de mercantilisme déguisé en originalité.

Il aura fallu que je me perde, solide, pour réaliser que ce que je suis, qui je suis, il n'y a que moi qui puisse le comprendre vraiment.
  
  

Comme dans un rêve

  
  
Le jour, c'est des rues et des avenues et des vies croisées et des rires d'inconnus mêlés à mes sourires. C'est le déli aux cent variétés de bières et aux sandwichs de la mort. C'est les odeurs, la chaleur, le rythme dans lequel je me glisse sans effort et qui m'entraîne toujours un peu plus loin au sud, au nord, à l'ouest. C'est le sentiment constant qu'ici, je ne serai jamais invisible. Dur à croire, dur à comprendre, mais surtout, difficile à expliquer. J'y reviendrai.

Me suis retrouvée au mileu d'une horde de coureurs sur la 72ème qui traverse Central Park en me disant que je me mettrais au jogging aussi si j'habitais ici. Et puis on m'a joué du Liszt et du Schubert, comme ça, à la belle étoile et en retrant j'ai pris Park vers le sud et j'ai fait de gros yeux aux gargouilles millionaires qui me guettaient du 29ème étage.

J'ai exploré le sous-sol du Strand, sacré après les touristes sur le pont de Brooklyn, me suis mêlée à la foule à Bryant Park quelques minutes avant d'entrer dans la bibliothèque et de m'y perdre intentionnelement.

Il me reste encore trois journées complète. C'est beaucoup, et pas assez. J'ai pas envie de partir.

Le soir je m'installe ici


Et j'écoute ça

http://www.youtube.com/watch?v=RBBYXt9Uyk0
  
  

Passer GO, à tous les tours

  
  
Je vais essayer de ne pas écouter QUE du Dylan dans le bus.

Je pars dans moins de huit heures, les nerfs en boule, la tête en feu, l'esprit tranquille.

Alors que je me trouve pas mal "tame" dans mes moves de vie, j'ai des amies pour me rappeler que c'est pas mal cool ce que je vis présentement. Mais que ce n'est qu'à la hauteur de qui je suis. Justement. Qui je suis. C'est des retrouvailles en quelque sorte.
-Hey you! Long time no see, what have you been up to?

-Dunno.

-What do you mean you don't know?

-I don't, really. Except that there was this guy, and there was this girl, and the girl really wanted the guy to love her, so I guess she got lost trying.

J'ai quarante ans. Voilà. Ça fait quelques mois déjà, mais aujourd'hui, en ce moment, j'ai mon âge, et je l'aime. J'ai des rêves encore, et à quarante ans, finalement, je n'ai plus peur de ne jamais les vivre. Au contraire. C'est que je puisse qui me fait peur un peu maintenant.

C'est une peur superbe, magnifique, magique.

À go j'en vis un autre ok?

Go.

 
[youtube http://www.youtube.com/watch?v=K6MRdFjvjXw?rel=0&w=480&h=390]
  
  

Then is so far behind

  
  
"I find it wholesome to be alone the greater part of the time. To be in company, even with the best, is soon wearisome and dissipating. I love to be alone. I never found the companion that was so companionable as solitude." -HDT, Walden

 

"There was a little fuck you in my step, there was a little fuck you in my grin.

And it all made sad sense.

How weight can be worn in so many different ways.

Layers upon layers, the ground covered and still I walk, because that’s all I am built to do.

Fuck baby steps. I’m walking in strides." -Me

 
[youtube http://www.youtube.com/watch?v=lmE6g0EjmTM?rel=0]
  
  

La route, les humains, le retour

  
  

Cedar Point, le Rock and Roll Hall of Fame, 2150 kilomètres, mon fils, de la musique. Jours heureux. En dedans, ça va pas toujours bien, mais y a de ces moments qui font tout oublier, qui font que je me lève à chaque matin, au cas où. Au cas où je pourrais en revivre des comme ça. Dans neuf dodos je serai sur le bus vers New York. Aucune misère à me lever pour les prochains jours je pense.


Je dépose ici deux textes publiés ailleurs, pour les pas sorteux ;)


***


Sur la route


 


On annonce des travaux et un détour. « Euh, attend minute, je suis supposée aller où moi-là? » Ça ne fait pas 100 km qu’on est au Québec, déjà je sacre et je me sens perdue. Sans compter que je tiens maintenant mon volant à deux mains de peur de perdre le contrôle à force de chevaucher les accotements suite aux déviations aléatoires et incompréhensibles qui se présentent depuis quelques minutes.


 


« Voyons, est-ce que je suis supposée sortir ici? Ah fuck, je pense que j’ai manqué la sortie du détour! » Oh, non, finalement, c’est juste 5 km plus loin, ok, fiou. Haha, pas si vite! On y va de sinueuses manœuvres afin de ne pas abîmer le pare-choc ou les ailes sur les rambardes de béton qui sont supposés me guider à bon port, c'est-à-dire dans le centre-ville de Dorion, évidemment. On rejoint enfin l’autre tronçon de la 20. Ça va pas si mal jusqu’à Lasalle, où les cônes oranges se font de la grosse compétition pour m’aider à sortir de ma voie et aller frapper une voiture dans l’autre. Mais on s’en sort sans heurts.


 


Déjà je ne remarque plus les trous, les craques, les cahots qui tous collés ensemble forment notre réseau routier. Depuis la sortie 14 mon volant vibre, mes essieux se lamentent. La normale quoi.


 


Ahhhh, enfin, on approche du Pont Champlain. Ça fait dix heures qu’on roule. J’en ai ma claque, mais je suis heureuse de rentrer à la maison, retrouver les minous, dormir dans mon lit. Je dis bien : on approche. Et c’est tout ce que l’on fera. Bien avant la sortie Atwater, c’est un stationnement rempli de totons agressifs(1) et de touristes perdus et désemparés qui nous accueille. Après consultation rapide on décide d’aller chercher Victoria, qui nous coûtera quelques kilomètres supplémentaires, mais qui nous permet de passer de l’illusion à la réalité et de rentrer enfin à la maison.


 


Ça ne s’explique tout simplement pas. Comment en est-on arrivés à un si gigantesque fiasco? Mais de quelle gestion le gouvernement parle-t-il? On nous a appris il y a quelques semaines que d’offrir des services publiques est un choix de société. Je n’ai absolument pas choisi que ces "services" soient offerts au détriment de la sécurité (et de la santé mentale) de la population sur les routes. Et vous, on vous a consulté? Sam Hammad nous rassure : « Toutes les routes qui sont ouvertes sont sécuritaires ». Ce dernier a d’ailleurs en main le rapport d’inspection de Mercier mais refuse de le rendre publique pour l’instant. À la vitesse où le réseau se détériore, prendre la route sera un risque qui coûtera si cher que les compagnies d’assurances ne couvriront plus rien. Déjà que plus personne n’est responsable des dommages causés par les nids de poules et autres déficiences de la voie publique…


 


J’ai roulé 2000 kilomètres sur des routes lisses, droites et dégagées. J’ai passé sur des chantiers si ordonnés qu’il était difficile de croire qu’il y avait des travailleurs sur place. On m’a avisée des miles à l’avance de déviations et de détours. On m’a même avisée de dos d’ânes minuscules (bump ahead). Pour 2000 kilomètres de routes parfaites, ça m’aura coûté au total 19,30$ en péage. Mais absolument rien en migraine, stress, agressivité, perte de patience, égarements dus à des détours, etc. C’est ce genre de choix de société que j’aimerais faire. Un genre où au lieu de croire que tout va bien (et que des tunnels s’écroulent mais que c’est normal) on n’attende pas que le Pont Champlain s’abîme dans le St-Laurent pour exiger que des comptes nous soient rendus.


 


(1).Oui, il y aura une suite… 


 


***


 


Sur les humains


 


C’est pas que j’aie envie de jouer au jeu des comparaisons. Et comme je le disais précédemment, j’avais quand même hâte de revenir à la maison (mon lit… ah, mon LIT!). Mais les humains ne me manquaient pas tant que ça, et je l’ai réalisé au moment où on est arrivés dans le trafic de la 20. Tout a basculé. Ou plutôt, tout est revenu à la normale.


 


Les panneaux vantant les vertus de la courtoisie au volant me font toujours rire. Paradoxalement, je trouve assez triste de devoir se faire rappeler de se comporter en humains par le gouvernement. Sur la route, dans le métro, dans le bus, partout, des messages où on nous incite à céder notre place, à recycler, à ne pas conduire de façon agressive. Que cela ne vienne pas naturellement m’échappe complètement. Et plusieurs fois par jour j’éprouve déception et frustration face à l’indifférence et l’égoïsme des gens qui m’entourent.


 


Tenir une porte, retenir un ascenseur, laisser sa place dans le métro, attendre son tour, être poli, sourire, dire merci, être conscient des gens qui nous entourent et respecter leur espace personnel, ça me semble des choses tout à fait normales, et pourtant…


 


Sur les centaines de kilomètres parcourus, je ne me suis pas fait tailgater une seule fois. Savez, cette fabuleuse habitude que vous avez de coller dans le cul de la voiture devant vous pour lui signifier gentiment que vous voulez passer? Ici, sur un parcours de 25 kilomètres pour me rendre au métro, ça m’arrive au moins 2-3 fois. Et vous savez aussi, cette super façon que vous avez de zigzaguer d’une voie à l’autre en fou dangereux pour gagner quelques minutes sur votre parcours? Pas vu ça non plus. Ah si, une fois. Sur la 81 vers la douane. C’était un québécois.


 


Ce qui nous a le plus étonné à Cedar Point, c’est le civisme des gens, leur politesse. Et le professionnalisme des employés. Pas de bousculades, pas d’enfants rois en crise affalés au centre de la place. Des gens respectueux, courtois, calmes. Des enfants, des ENFANTS! qui tiennent la barrière d’un manège ouverte pour les autres. La journée de notre visite le parc n’était pas à pleine capacité, mais l’achalandage était quand même impressionnant et malgré cela, dans tous les manèges, les employés étaient avenants et d’une efficacité redoutable. Dans les lignes d’attentes, pas un seul conflit, aucune impatience. Seulement des gens qui jasent calmement en attendant leur tour. Et malgré les milliers de personnes présentes cette journée-là, la propreté du parc était frappante. Faut dire que les clients des restaurants se ramassaient et que les poubelles étaient nombreuses et facilement accessibles.


 


La clientèle de Cedar Point est principalement composée de visiteurs de l’Ohio, du Michigan, de la Pennsylvanie et de l’Indiana. J’ignore si c’est régional, mais l’impression qui me restera de ce voyage, c’est que la courtoisie et le civisme est en voie d’extinction au Québec. La chaleur humaine de Denise, notre hôte, et aussi des étrangers croisés tout au long de notre voyage me manque. Je me sentais plus chez moi là-bas qu’ici. Peut-être que finalement, être chez-soi a plus à voir avec les valeurs et les qualités des humains qui nous entourent qu’avec une simple situation géographique.


 

  
  

Dans la même catégorie

  
  

Parlant de rêve... Lors de l'annonce, j'ai hésité un quart de seconde. et puis je me suis dit fuck it. Let's go. Je le veux? Je le fais. Je n'ai jamais dépensé autant pour un spectacle, mais j'ai quarante ans et quand aurai-je la chance de voir un Beatle dans ma vie? Fait que... Oui, je suis allée voir Paul McCartney et c'était parfait, magique. Une bombe de bonheur a explosé dans mon coeur, j'ai ri, dansé, pleuré, oh tellement pleuré. Toute seule au bout de ma rangée, un gros sourire épais dans la face, j'ai gueulé Let me roll it, 1985, I've got a feeling, et à la fin oh my god Golden slumbers, Carry that weight, The end, j'ai braillé en chantant encore et encore. Les détracteurs, je les plains. Ils ne connaitront jamais cette extase, héhé! Tu vas pas voir McCartney pour ses nouvelles tounes, tu y vas pour le voyage dans le temps. Et sincèrement, c'est de toute beauté de voir la générosité de ce gars-là sur la scène. Il le sait ce que les gens veulent entendre. Il nous le donne, pendant trois heures et demie, avec le sourire.



***


Inspirée par Christian, qui dit au sujet de son fils: "Best damn thing I ever made in my life.", je réalise que tous les rêves que je me permets de vivre présentement, c'est grâce à l'amour qui m’entoure. Les mots et les gestes que cela provoque en l'humain, c'est un peu ça le sel de la vie non? Je disais à une amie que de regarder ma fille entrer dans l’âge adulte est la chose la plus émouvante qu’il m’ait été donné de voir. Plus mes enfants avancent dans la vie, plus je comprends ce qu’elle a à offrir. Je ne veux plus m’attarder à ce que je n’ai pas compris, à ce que j’aurais dû comprendre. Je veux profiter de la maturité qui semble enfin se pointer le nez chez moi. Je ne savoure pas ma solitude, je ne la vis pas. Je vis, point. Et certains jours ça a plus de sens que je ne l’aurais jamais cru possible.




 

  
  

Des plans de vacances pour mettre de la lumière

  
  

Après un gros mois (deux?) assez noir, les coups de pieds au cul commencent enfin à porter fruit. Pendant tout ce temps où j'étais perdue dans ma tête à me morfondre, gratter les gales et pleurnicher j'ai tout de même pris le temps de penser à mes vacances.


Donc, première étape, le Rock and Roll Hall of Fame à Cleveland, suivi du parc Cedar Point à Sandusky. Deux endroits que je rêve de visiter depuis longtemps. Cedar Point, c'est là où on retrouve le Top Thrill Dragster...


[youtube http://www.youtube.com/watch?v=EngQ1TcOhZo?rel=0]


Donc, petit voyage de quatre jours avec fiston dans la région. J'y ai loué une petite maison de... rêve!



Ensuite, un peu de boulot, et encore un peu de vacances. Au départ je voulais aller à San Francisco, mais la vie étant ce qu'elle est, ce n'est juste pas possible pour cette fois. Qu'à cela ne tienne, ce sera New York! Oh, oui, Manhattan à moi toute seule pour une belle grosse semaine. Toutes les fois où j'y suis allée, c'était avec des gens pour qui c'était leur première visite. Cette fois, ce sera pour moi ce voyage.


Pour l'hébergement, j'ai beaucoup hésité. J'ai failli louer un studio dans l'upper (très upper, presque harlem) east side. Mais moi, j'aime l'East Village et tant qu'à me payer un trip New Yorkais, j'ai décidé d'y aller à fond. Donc pour la deuxième fois j'irai au Carlton Arms. C'est vraiment pas cher, pour les intéressés. 500$ pour une semaine, pour une chambre simple avec salle de bain partagée. Mais la beauté du Carlton Arms, c'est que c'est une gallerie d'art perpétuelle. Chaque chambre est une oeuvre d'art, créée par des artistes d'à travers le monde. Je vous invite à visiter le site de la gallerie pour comprendre et apprécier.


J'aimerais bien pouvoir choisir ma chambre, mais c'est pas possible. Tu arrives, ils te donnent 2-3 clés, et ils te disent, va visiter et choisi ta chambre. Ce qui est tout aussi cool. J'espère secrètement avoir celle-ci:




Alors c'est ça, c'est les plans. Dans moins de deux semaines Clevland, et dans un mois exactement je serai dans le bus pour ma ville d'adoption. J'ai hâte.

  
  

Ce n'est pas une aporie

  
  

 


La beauté m’épuise. Je suis exténuée de ces combats intérieurs, des tempêtes qu’elle déclenche, des douleurs qu’elle provoque. Et le reflet dans mon esprit qu’elle salope dès que je mets le pied dehors.


 


Les corps, les visages, les cheveux, tous après moi, tous à me rappeler qu’ils ne m’appartiennent pas. Et je marche en regardant par terre, me demandant combien de temps vais-je tenir. Combien de pas jusqu’à la station de métro, combien d’arrêts avant le mien, ok, j’arrive à la maison. J’ai le souffle court. Je me précipite dans la salle de bain et ferme la porte pour me regarder dans la glace accrochée derrière.


 


Rien. Tout est pareil comme ce matin. Mais comment est-ce possible alors que j’avais l’impression d’être une monstruosité il n’y a pas dix minutes?


 


***


 


À 9h30, dernier coup d’oeil au miroir avant le départ vers le boulot. Tout me semble correct. Il y a même certains matins où je me risque une pose, un sourire. Me semble que c’est pas mal du tout.


 


10h, arrivée au 15ième étage tout est fini. Évaporé. Je tiens bon, quelques relents de la confiance que j’avais il y a encore quelques minutes s’accrochant à mon esprit. Par le temps que l’heure du lunch arrive, j’ai engraissé de 50 livres, j’ai des boutons gros comme des cerises, mes cheveux me donnent l’impression que j’ai une balle de foin sur la tête et mes vêtements me vont aussi bien que si c’étaient des guenilles ramassées dans le fond d’une ruelle un lendemain de parade de la St-Patrick.


 


18h, je quitte le bureau, arrêt à la salle de bain, j’évite même pas le miroir. J’y vois exactement ce que j’ai imaginé toute la journée.


 


***


 


J’évite les bars, j’évite les sorties, les restos. Les regards surtout. Et quand j’arrive à sortir, à parler aux autres, c’est au prix d’un effort qui est difficile à décrire tant il m’est exigeant. La bière aidant, dans une soirée je peux m’amuser ferme, jaser, rire, avoir l’air tout à fait normale par contre.


 


J’ai oublié le regard des hommes sur moi depuis longtemps. J’ai abandonné l’idée même de l’existence de celui-ci, m’évitant ainsi une épaisseur supplémentaire de déception. L’acceptation qu’il n’y est pas, qu’il n’a pas lieu d’être, est plus supportable que l’illusion et l’espoir et l’attente.


 


On a beau s’accrocher à des vérités que l’on sait vraies, pures, nobles, saines, quand même, il y aura toujours cette partie d’être une femme qui me manque. Parce qu’elle a déjà existé. Mais les années, la vie, les déceptions, les absences, et ma folie parfois, l’ont anéanti. Au cours de cette vie, quand l’amour semblait vouloir se tirer, j’aurai cru que c’était à cause de mon corps, mon visage, mes cheveux. Et j’aurai tenté, sans succès, de faire mieux, d’être plus ceci, ou plus cela. Toujours plus, sans jamais réaliser à quel point j’endommageais ma propre identité à force d’essayer d’être tout sauf moi.


 


Et maintenant qu’il n’y a que moi, que je n’ai plus à faire semblant, il me reste quoi?

  
  

La minute suivante

  
  
Après la précise...

J'aime aimer. J'aime pas pas aimer. J'ai de la misère parfois à m'habituer, à me faire à l'idée que non, right now, c'est pas comme ça. Faut surtout que je me rappelle que c'est pas comme ça parce qu'il le faut. Parce que ce qu'il restait de moi aurait disparu dans pas long.

D'un jour à l'autre ça change, je change. Je sens les bases solides quand même. Ça ne tangue plus, je pose les pieds et ça tient.

C'est un étrange mélange de bonheur intérieur et d'insécurité devant l'inconnu. De mélancolie et d'anticipation. D'un instant à l'autre je ne sais pas ce qui va me frapper. Une odeur, un air, un sourire, un livre. Je sais pas, I. don't fucking. know.

C'est pas vrai. I know. I know too well. Je mets la machine en marche et c'est parti. J'ai donc jeté la clé. Ou perdu. The point is, y en a plus de clé. Plus de machine. Juste moi avec moi. C'est tough. Je ne m'aime pas toujours.

***

J'écoute Janis, comme trop souvent je suppose. On aurait peut-être été soeurs, ou meilleures amies dans une autre vie. Il y a deux millions de vues pour cette vidéo, et je crois bien que la moitié sont de moi.

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=FVpDOIPx_sY?rel=0&w=480&h=390]
  
  

Black Dog

  
  

C'est-tu possible que ça commence à avoir du sens tout ça? Je sais pas là, je suppose, j'hypothétise. Mais j'aime bien ce moment précis dans le temps. Précis à la minute. Des sourires et de bons moments entre amis, de la musique pour les maux. De la musique tout court. Chanter fort Black Dog avec son fils à la guitare qui te dit, enwèille, BLOW les... et qui dit yeah! les yeux fermés en arrachant les accords avec tellement de passion.


I gotta roll, can't stand still, got a flame in my heart, can't get my fill.


 


[youtube http://www.youtube.com/watch?v=fl6s1x9j4QQ?rel=0&w=480&h=390]
  
  

Blast from the past: À Bizoune...

  
  

Publié aujourd'hui parce que tous les jours ça devrait être la fête des pères. Publié aujourd'hui parce que c'est toujours vrai, toujours la même réalité. Publié la  la première fois le 11 décembre 2006.


 



À Bizoune… 


En vieillissant, y a plein de choses auxquelles on pense. Y a plein de choses qu'on a pas pensé. Y a plein de choses qu'on se reproche. Y a plein de choses qu'on voudrait changer. Mais…


Y a une chose que je ne voudrais pas changer, et ça,


C'est TOI.


Je t'aime xxx 



J'ai refermé la carte avec un gros motton.


-Moi aussi je t'aime fort papa.


Et je l'ai embrassé. Mon papa. Mon papa d'amour, que j'ai tellement détesté de ne pas être là, d'être ailleurs tout le temps quand j'avais le plus besoin de lui. Sur le party, en prison, avec sa femme et son fils. Mon papa qui savait juste pas comment me le dire. Qui savait juste pas comment être papa. 


Mon papa qui me donne cinquante piasses en cadeau, alors que mon salaire fait le double du sien et de sa femme. Alors qu'il pense à vendre son petit restaurant parce qu'il ne fait plus d'argent. Alors qu'il doit nous emprunter un peu de sous, parce que la loi anti-tabac les a frappés de plein fouet et que le chiffre d'affaire a baissé de pas loin de 35%. Mais de le refuser ce cinquante piasses, ce serait pire que tout.


Alors j'ai pris les sous, j'ai pris la carte, j'ai pris mon papa dans mes bras et je l'ai embrassé. Et pour la deuxième fois de ma vie adulte, je lui ai dit à haute voix que je l'aime. La première fois, j'étais assise dans le fumoir des soins palliatifs à Notre-Dame. Ma mère venait tout juste de mourrir. Dix, quinze minutes pas plus. J'ai pris le téléphone, signalé, il a répondu. J'ai dit "C'est fini papa." Il s'est mis à pleurer doucement, un ou deux sanglots, pour la femme qu'il aimé pendant six ans, qu'il a failli tuer avec ses mots, avant qu'on ne se sauve elle et moi. Elle l'a toujours aimé, jusqu'à sa mort. Et je pense qu'il le savait. Il a prit un grand respire, et il a réussi à articuler "Au moins elle ne souffre plus." "Je dois y aller papa, y a le médecin qui m'appelle. Je t'aime papa." Et j'ai raccroché.


Et puis je réalise, je sens, je sais, qu'il sera toujours là, que lorsque je partirai d'ici, ce sera dans ses bras que j'irai pleurer. 


On a passé assez d'années à valser entre amour et orgueuil. Les masques ont pris le bord ce soir.


 

  
  

trois lignes

  
  

de faire des vagues. ne pas arrêter de faire des vagues. 


de toucher les gens. ne pas oublier qu'il m'arrive de toucher les gens avec mes vagues. 


encore faut-il se rappeler quand c'est notre tour de jouer le rôle de la mer.


 

  
  

Où s'que je ne lâche pas le morceau et que ça énerve le monde

  
  

Je pourrais y aller d’un grand jet de vomi avec plein de motons dedans. Tout mélanger, politique, société, culture, économie… Mais je vais plutôt m’en tenir à ce que je connais le mieux : mes émotions.


Depuis quelques mois j’ai pris l’habitude de stationner près du métro Charlevoix pour me rendre au boulot, à la station McGill. Bon. En premier lieu, selon certains, je suis une humaine horrible, une terroriste environnementale, une tueuse de bébés grenouilles ou je ne sais quoi, parce que j’ai juste pas envie de payer 130$ par mois pour un service de transport en commun déficient et restrictif. Mais à la base, c’est parce que j’habite en banlieue que je suis si ignoble. Ok, c’est une autre histoire, dans laquelle je ne m’embarquerai pas. Mais je suis chez nous après tout, et fallait que ça sorte.


DONC. Je prends le métro pour quelques arrêts, matin et soir, cinq jours semaine. Dans le métro depuis quelques années il se passe quelque chose d’assez ahurissant. La distribution de quotidiens gratuits. Premièrement, entendons-nous, ces « journaux » sont absolument MERDIQUES. Ok? C’est rien, de l’air, de la pub, de la marde point. Mais pour une raison que j’ignore, des milliers de personnes s’en prennent un exemplaire en rentrant dans le métro, sans aucun doute intimidés par les camelots agressifs postés aux entrées (hum).


Ces milliers de personnes descendent les escaliers, attendent sur le quai en « lisant » le journal. Oups, le métro arrive, mais j’ai fini ma lecture… Oh well. Et on laisse le quotidien sur le banc. Ou encore, on embarque dans le wagon, et on fait la même chose une fois arrivé à sa station. Bravo. Bra-VO!


C’est pas grand-chose pensez-vous. Juste un ptit journal… Sauf que vous êtes des centaines à vous dire la même chose. Sauf qu’il y en a des centaines qui jonchent le sol, sur les quais et dans les wagons. C’est presque poétique de voir ça virevolter dans les airs à l’arrivée du train.


Je ne veux pas faire la morale, c’est pas ça l’idée. Ce qui me fâche le plus, c’est cette foutue tendance à chialer, à dénoncer, à se prononcer sur tout et sur rien, à s’indigner pour les nids-de-poules, les pistes cyclables en mauvais état, etc. Mais c’est tout! Du vent tout ça! Je n’ai jamais vu personne faire l’effort de ramasser un journal par terre pour le déposer dans un bac, jamais vu personne ramasser une cochonnerie pour la mettre dans la poubelle à quelques centimètres de là.


Pointer du doigt n’est pas synonyme de responsabiliser. Dénoncer n’est pas synonyme d’engagement.


C’est un seul exemple. Je souligne cet état de fait parce que ça m’écœure profondément de voir Montréal se détériorer au son des récriminations et des accusations, alors que très peu de gens font un véritable effort pour changer les choses. Live, en direct, se pencher et ramasser UN journal. Sortir sur le trottoir et ramasser UN papier.


Ce qui est encore plus désolant, triste mais pourtant pas étonnant pour une seconde, c’est que tout ce que j’écris ici passera dans le beurre. Je n’ai pas la bonne méthode, la bonne pédagogie. C’est agressant se faire mettre le nez dans son caca, je comprends.


Alors vous m’excuserez si le ton ne vous convient pas. Si les mots ne sont pas les bons. Et ça doit être le cas, parce que sur 790 personnes qui me suivent sur Twitter, 2, oui, DEUX, ont cliqué sur le lien vers les photos que j’ai prises dans le métro.


En fait, non, je sais bien que vous en avez rien à faire. Dépêchez-vous d’aller signer la prochaine pétition en ligne, de retweeter le prochain cri d’indignation face à la publicité sur les bixis. De toute évidence, je fais un plat de pas grand-chose.


 



 

  
  

Sommaire, comme dans pas mal tout

  
  

C'est vraiment curieux ces jours-ci. Je ne me sens pas tout à fait perdue, mais pas tout à fait située non plus. J'ai aucune discipline quand vient le temps de faire des choses que pour moi.


Quand les enfants sont à la maison, j'embarque dans le mode "faut". Et c'est fait. Mais toute seule c'est différent. Je ne sais pas exactement qui je suis en ce moment. Je n'arrive pas vraiment à me concentrer sur rien pendant plus d'une heure, et encore.


Ce n'est pas vrai que d'être seule c'est d'être libre. Je crois que l'on peut être libre à deux. Je n'ai pas de repères. La tête me tourne souvent. Toute cette énergie, toutes ces pensées, ces émotions, dissipées. J'ai de la misère à cerner ce que je dois être maintenant. Me le faire mettre dans la face ça aide des fois. Mais est-ce que c'est moi encore qui se complique les choses? On me l'a assez dit "T'es compliquée" (en plus d'être "une drôle de fille").


Pourtant là là, en ce moment même, je me sens comme une moins que rien. Pas capable de rien faire sans en être obligée, ou par amour. Ma vie est en mouvement, ma vie est en vie quand j'aime. Mais deux semaines sur quatre y a juste moi ici. Je souffre du syndrome de l'imposteur jusqu'ici, dans mon écriture, que je trouve SOMMAIRE. Je n'arrive même plus à écrire ce que je pense, ce que je ressens comme du monde. Mes opinions me semblent superficielles, mes connaissances de base, ma culture naine.


Mais même en écrivant tout cela, y a quelque chose qui se passe dans ma tête. Je vois des murs, des murs qui bougent comme pour me dire "hey la grande, allume!", et c'est tellement vrai. C'est les miens. Je vais les peinturer jaune en attendant d'être capable de les mettre à terre. C'est un début.


***


La guitare avance pas vite, mais je joue presqu'à tous les soirs. J'ai essayé pendant plus de dix ans tsé. I know I suck, end of story (ah non, non, non! pas un barré!). C'est quand même frustrant pour quelqu'un qui a toujours été au moins moyennement bonne dans tout. Bon, je n'ai jamais entrepris le drum, je ne suis même pas capable de suivre un beat sur un tamtam. Pathétique. Fait que, je joue des tounes pour chanter, c'est le but, et c'est cool. Je suis fière de moi, d'avoir persévéré... Une grosse semaine et demi. So far so good!

  
  

{chill pill #1}

  
  
Quoique je sois vraiment très très poche (et je ne dis pas ça pour me faire dire non, non, t'es bonne, arrête. je suis désespérément pas bonne point) j'ai décidé de reprendre ma guitare. Ben, la guitare. Dans une autre vie, j'avais une belle Ovation. Elle y est restée. Mais les soirées sont parfois un peu longues. Lire, surfer, écouter de la musique, c'est cool, mais une chose me semblait manquer.

En fait, je joue pour m'accompagner. Parce que ce que j'aime par dessus tout, c'est chanter. Bon. Alors j'ai sorti la petite classique qui traine dans le garde-robe depuis deux ans... Ça fait quatre soirs en ligne que je joue et ce soir je souffre officiellement. Bordel, ça fait donc ben mal! En plus le manche est beaucoup plus large sur une classique, donc les accords le moindrement compliqués me font sacrer et passer à une autre toune. Je suis beaucoup trop impatiente. C'est une épreuve en soi que de passer au travers une partition.

Je n'avais pas de souvenirs romantiques ou même particulièrement agréables de mon jeu. Mais la réalité est encore pire. C'est ridicule. J'ai aucun rythme. Kling, kling kling, kroïng (asti d'accord pas faisable), kling. C'est l'étendue de la chose. Ça me permet par contre de chanter dans le ton, de me guider dans les bouts plus complexes, et au final, m'amuser à faire quelque chose que j'aime.

Je vais aller au pawn shop du village en fin de semaine, essayer de me débarrasser de la petite Valencia pour une acoustique. Un set de corde. Une poignée de PLECTRES (merci à Véro pour la traduction!). Une couple de livres piqués chez l'ex. Fun fun fun.

Et si j'en ai le courage, je vais peut-être même essayer de me trouver un band de ptits vieux qui jouent dans leur garage la fin de semaine et qui se cherchent une vieille rockeuse pour faire des gigs devant l'établi et la tondeuse.
  
  

Où s'qu'on réalise que se perdre c'est pas la fin du monde

  
  

À l'aéroport il y avait des trottoirs roulants. On se sent comme dans un film. On avance au même pas, mais beaucoup plus vite que les simples mortels déambulant de chaque côté de ces derniers. On file à toute allure, sans se sentir pressé. Mais le piège, c'est qu'on manque les restos et les toilettes. On passe tout droit. Alors une fois installé, on réalise qu'on a faim, qu'on a envie, mais faut refaire le chemin en sens inverse. On se dit que merde, on aurait dû prendre notre temps. On part faire nos trucs, et quand on revient au salon, quelqu'un a pris notre place.


***


Je marche très lentement. J'emprunte un chemin qui m'est parfaitement inconnu. Pas de balises, pas de règles, pas de signalisation. Tant d'années sur la même route à prendre les courbes les yeux fermés. J'ai affaire à les ouvrir grands pour ce voyage-là, peu importe le temps que ça dure. Pas question que je manque quoique ce soit.


"Life's a journey, not a destination" bla bla, ouin, ouin. Regarde, là c'est dans ma tête le trip. Perdre la carte, ça te dis de quoi? Moi en tout cas je comprends complètement ce que ça veut dire maintenant. Pis pour faire cute, pour continuer dans l'image, je te dirais que même si je la retrouvais, j'en voudrais pas. Je m'en dessine une flambant neuve.


***


Si les choses vont comme je le souhaite, il est fort probable que je me retrouve dans le coin de San Francisco pour deux semaines cet été. La baie, Berkeley, Death Valley, Yosemite, etc. J'ai une sorte de plan dans ma tête, mais je ne le couche pas tout de suite sur papier. Trop d'inconnus, trop de peut-êtres. Une seule certitude, ce sera moi pis mon linge.


In the mean time, I think I just need to chill the fuck out.


 


[youtube http://www.youtube.com/watch?v=7_nwbTeIN4Y?rel=0&w=480&h=390]
  
  

it IS in the littlest of things

  
  

I think


That I am afraid to write


Sitting here, typing these very words, I stop at each one, pondering about them, and their meaning, too much. A billboard, nothing more, you said. And it pains me to agree, but what else can I say? It's true.


Our digital self intertwined with our soul, our most intimate information entered in searchable and sortable fields, I wonder how thinly I can stretch the truth so that it makes sense and still does not reveal too much.


Years ago, I would've typed my mind's torments away without a second thought. And now... I feel like I've given up. Given up the faith, the trust in myself. I forgot that no matter what, if there is one thing I am free to do it is to write, because I have locked away that sense of freedom very far away and lost the key.


I feel pain whenever I pick at the lock. And that is probably the most frightening of all.


But all is not lost. I'll keep picking. Bloody fingers, weeping mind... the sun still fucking shines babe.


I think


It's in the little things


I think that


I am just beginning to understand what being free means

  
  

Pratiquement revenue

  
  

Mais y en reste un ptit bout là-bas. Ma maison pendant 7 jours. 12 pieds par 6 pieds. J'avais même des murs antibruit. 5 bouquins lus, un journal alimenté frénétiquement, un 26 onces de rhum vidé, pas une seule conversation de plus de 10 minutes en une semaine.



 


En revenant, des emails du comptable, des comptes à payer, des émotions à gérer. Mais heureusement, de l'énergie à revendre, et surtout des enfants et des amis à aimer.

  
  

Sur ce...

  
  

Je vous laisse avec Shakey car lui m'accompagnera dans mes oreilles.


On m'a dit, rapporte un peu de sable et une petite pierre. Peu importe ce que je rapporterai, ce sera beaucoup moins que ce que je laisserai derrière.


 


[youtube http://www.youtube.com/watch?v=xeO4fwG9_pg?rel=0&w=560&h=349]
  
  

Interstices

  
  

Ce qui semblait éteint, perdu, disséminé au-delà de toute possibilité de récupération... est de retour


Lentement, mais parfois par à-coups fulgurants, j'émerge


(Sister Morphine joue, et je peux juste pas me tanner parce que c'est tellement)


Je lis plus que jamais. Je me saoule de musique


(turn my nightmare into dream)


Je pensais même pas recommencer à respirer, let alone sourire


(et puis y a ce gars du Texas génial Shakey Graves allez écouter ça c'est un ordre parce qu'il dit "watch out cause here I come")


L'urgence du voyage s'est curieusement estompée, mais pas le besoin


Je sais bien que je fuyais


(some of us were build to roam)


Je sais bien qu'à mon retour il y aura encore plus de musique et encore plus à lire encore plus à écrire à vivre


(shine on Georgia moon)


Après j'ai envie de voir le désert


Traverser des océans


Rêver que je ne rêve plus mais que ça arrive vraiment


 

  
  

Trust me. I want what I want.

  
  

Puting the finger on what's wrong, what's right, what sould be and what shouldn't.


Symptoms are always easier to acknowledge than causes.


I will not be a chapter, I will not be a label.


I want what I want.


Trust me.


 


[youtube http://www.youtube.com/watch?v=XnnWdOtow0I?rel=0]

  
  

Pense-(pas)bête

  
  

Lire une BD en écoutant du vieux Sabbath. Ne jamais, jamais se refuser ce plaisir.1


Lire Ile d'Aldous Huxley très très lentement pour le laisser rentrer et le savourer. Encore là, faudrait être fou pour ne pas le faire.2


Apporter comme lecture de vacance de tout et de rien. Maeve Binchy, moi, j'assume. Mais aussi Dawkins, une bio de H.S.T., des revues et journaux internationaux.


Se faire violence et accepter qu'aujourd'hui, TOUT est publique. Les ruptures aussi. Je laisse ce côté de la médaille s'étaler devant tout le monde sans y participer et m'offre le cadeau de fermer ma gueule et laisser le temps faire ce qu'il est supposé faire.


Être moi. (On me l'a dit, ça doit être vrai: "Tu dois être toi". Pas, "Sois toi-même" qui vraiment sonne comme un mauvais article dans le Clin d'oeil. Hahaha, un oxymoron en prime)


Rêver. Non, encore? C'est sur ma liste depuis trop longtemps ça. Je pense qu'à partir d'aujourd'hui, je lève le pied de la pédale à break. Fuck. Off.


1. je le note ici, au cas où j'oublierais


2. folle, n'ayons pas peur des mots


--//--


Je ne quantifierai pas. Je n'ai plus de douleur à identifier, décortiquer, analyser. Je l'ai eue, comme une maladie, paralysante, débilitante. J'ai laissé tout ça m'envahir, une grosse vague pleine de débris de vie. Bonheurs, espoirs, sourires, magie des matins, féérie des soirs. C'est ok, il n'y a pas QUE. Il y a TOUT. Et c'est tout à fait ok. Ce que demain apportera, ce que la vague révélera lorsqu'elle se retirera, c'est ok. Mais y a rien qui m'empêche en ce moment même de ne pas rester près du rivage. Rien qui m'empêche de m'aventurer, un peu plus chaque jour, dans les champs, où le sol est sec et ferme.


 


[youtube http://www.youtube.com/watch?v=jzPIAYt25D4?rel=0]

  
  

Schism

  
  
C'est quand tu te mets à te demander si tu devrais écrire ça ici que c'est vraiment plus drôle.

It's my fucking house. I'll do and say as I damn please.

This is NOT about anything but ME.

However, anger will not get the best of me.

But bear in mind, honesty will keep on coming. Like it or not.

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=L7fF1P3qwDE?rel=0&w=480&h=390]
  
  

Quelle heure déjà?

  
  
Les jours passent, tous pareils et pourtant si différents.

Je n'ai aucune sensation du temps qui passe. C'est ni long, ni court. Il n'existe tout simplement pas, autre que le jour et la nuit et les noms que l'on donne à chaque jour, selon le calendrier sur l'ordi, dans outlook, sur mon cell, la radio d'auto, les horloges du métro, l'écran dans l'ascenseur fuck! Partout, on y échappe pas. Tu pourrais te lever un jour et dire, dla marde, aujourd'hui le temps n'existe pas. Ha! Bonne chance!

Mais cette fois-ci, les données n'entrent pas, ne vont pas plus loin que ma rétine. Quel jour on est? Ché pas. Boulot, donc semaine. Lumière, donc jour. J'ai un décompte pour les vacances. Je regarde le nombre de jours restants avant mon départ et ils n'ont aucune signification. Loin? Proche? Ché pas. 17 jours.

Mon cadran imaginaire est plutôt comme suit:

 

  
  

Détonateurs

  
  
Les journées passent très lentement. Je me sens parfois comme un fantôme, un souvenir. Ne plus exister en tant que partie d'un tout, il y a de la mort dans ça.

...

Les blessures qu'on laisse à l'air libre ne guérissent pas toujours. Parfois, y a l'infection qui s'installe. Je croyais qu'en les ignorant elles cicatriseraient. Ce fut mon erreur. J'ai attendu tant que j'ai pu. Mais ce n'est pas une excuse pour causer de la douleur en retour. Enfin, ça me fait aussi mal. Ce que j'ai subi et ce que je fais subir.

...

Les citations dont je ne connais pas l'origine, ells ont bien la valeur que l'on veut leur donner... Mais aujourd'hui j'en ai lu une sur Twitter qui m'a frappée fort.
Pour moi, être aimé n'est rien, c'est être préféré que je désire. -Gide

Ok, je la laisse ici, je dois réfléchir à ça.

Tout comme à ceci:

  
  

Way over yonder

  
  
[youtube http://www.youtube.com/watch?v=ZXNY_jSg86Q?rel=0&w=480&h=390]

Way over yonder is a place that I know
Where I can find shelter from huger and cold
And the sweet tasting good life is easily found
Way over yonder - that's where I'm bound
I know when I get there, the first thing I'll see
Is the sun shining golden - shining rigth down on me
Then trouble's gonna lose me - worry leave me behind
And I'll stand up proudly in true peace of mind
Way over yonder is a place I have seen
In a garden of widsom from some long ago dream
May be tomorrow I'll find my way
To the land where the honey runs in rivers each day
And the sweet tastinggood life is so easily found
Way over yonder - that's where I'm bound
Way over yonder - that's where I'm bound
  
  

Lendemain de rosé pas buvable

  
  
J'ai bu finalement. Beaucoup. Enfin, ça dépend du monde. Pour ma part une bouteille et demie de rosé cheap c'est beaucoup. Assez pour me crisser sur le cul comme il faut. En compagnie de mon amie agente de voyage j'ai, pratiquement sur un coup de tête, booké une semaine dans le sud. Toute seule. Fuck off.

Je voulais aller aux Philippines, je voulais aller en France, je voulais aller en Irlande, je voulais aller en quelque part. Mais sur un micro-budget, avec une maigre semaine de congé possible comme ça à la dernière minute, une tête en décrépitude et un coeur qui peine à me tenir en vie, c'était ce qui me fallait.

J'ai toujours cette énorme pression sur la poitrine. Je monte les 20 marches vers mon appart avec difficulté. Je me sens vieille, brisée. Mais pas tout le temps. Y a des éclats, des espoirs brillants comme le soleil sur les petites vagues dans le fleuve tout près d'ici.

Il y a en moi un ramassis de colère, de peine, de tristesse, de frustration sur un fond de liberté, de révélation, de compréhension que la vie a le don de me faire chier solide, mais qu'habituellement je m'en tire pas mal. Je trouve quand même assez chiant d'être ainsi faite. Si j'étais plus fragile, est-ce qu'elle me câlisserait la paix?

Après le départ de ma copine, c'est ma proprio qui s'est pointée. Une bonne madame, gentille, rock 'n' roll sur les bords, humaine. On a jasé une heure. Ça m'a fait tellement de bien. Je me suis excusée tout plein de fois de ne parler que de moi, j'étais vraiment saoule.

Ainsi donc, trois semaines à travailler, et ensuite à moi le repos. Déjà depuis deux semaines je ne suis pas à mon meilleur au boulot. Absolument pas productive. Les enfants arrivent demain pour leurs deux semaines, ça va aider. On trip ensemble, le temps passe trop vite, toujours trop vite.

J'imagine que les tranches de vie seront de retour ici. J'ai la tête pleine de noeuds à défaire. On respire. Ça va aller.
  
  

Cassée

  
  
C'est un drôle de printemps. J'ai beaucoup envie de boire. Mais ma santé s'étant détériorée ces derniers jours, je n'ose à peine prendre plus d'un verre de vin au repas. Et ça c'est quand je mange. Dans mon corps c'est la tempête. C'est le tsunami qu'a entrainé le séisme de dans ma tête et mon coeur. C'est tout de même curieux cette lumière persistante malgré la pluie dans mes yeux. Je n'y vois pas grand chose, mais je ne suis pas dans le noir, c'est déjà ça. Le sommeil se pointe occasionnellement, comme s'il s'était trompé d'adresse.

Quarante ans à vouloir être aimée. Quarante ans, sans répit, la tête baissée, la quête, la quête à tout prix. Parce que comment peut-on être, comment peut-on prétendre exister si on est pas aimée?

C'est mon lot faut croire que de causer de la peine et de la douleur. Ce que je combat à temps plein, ce que j'évite corps et âme. Mais me faire aimer, ça coûte cher. J'ai réalisé que je n'avais plus les moyens. Me voilà flat broke. Ouais, on pourrait dire ça.

Je suis désolée.
  
  

These I Singing in Spring

  
  
These I singing in spring collect for lovers,
(For who but I should understand lovers and all their sorrow and joy?
And who but I should be the poet of comrades?)
Collecting I traverse the garden the world, but soon I pass the gates,
Now along the pond-side, now wading in a little, fearing not the wet,
Now by the post-and-rail fences where the old stones thrown there,
pick'd from the fields, have accumulated,
(Wild-flowers and vines and weeds come up through the stones and
partly cover them, beyond these I pass,)
Far, far in the forest, or sauntering later in summer, before I
think where I go,
Solitary, smelling the earthy smell, stopping now and then in the silence,
Alone I had thought, yet soon a troop gathers around me,
Some walk by my side and some behind, and some embrace my arms or neck,
They the spirits of dear friends dead or alive, thicker they come, a
great crowd, and I in the middle,
Collecting, dispensing, singing, there I wander with them,
Plucking something for tokens, tossing toward whoever is near me,
Here, lilac, with a branch of pine,
Here, out of my pocket, some moss which I pull'd off a live-oak in
Florida as it hung trailing down,
Here, some pinks and laurel leaves, and a handful of sage,
And here what I now draw from the water, wading in the pondside,
(O here I last saw him that tenderly loves me, and returns again
never to separate from me,
And this, O this shall henceforth be the token of comrades, this
calamus-root shall,
Interchange it youths with each other! let none render it back!)
And twigs of maple and a bunch of wild orange and chestnut,
And stems of currants and plum-blows, and the aromatic cedar,
These I compass'd around by a thick cloud of spirits,
Wandering, point to or touch as I pass, or throw them loosely from me,
Indicating to each one what he shall have, giving something to each;
But what I drew from the water by the pond-side, that I reserve,
I will give of it, but only to them that love as I myself am capable
of loving.

-Walt Whitman
  
  

dans pas long ça l'air que...

  
  
dans pas long ça va virer au blanc. blanc lumineux. blanc lu-mi-ère.

dans pas long ça va être l'été aussi. dur à croire, mais on y arrive.

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=VG_sjkYw9kM?rel=0&w=480&h=390]
  
  

Blast from the past: Fear… less than. More though. An equation for sure.

  
  
J'avais oublié... Oublié de l'avoir écrit, mais surtout ce que ça voulait dire.

 

I said I suck at maths and it's true. So for me, one plus one, that doesn't always equal 2. Eventually yes. With time, understanding the mechanics that led me to the wrong answer, yes, it can make 2.

One. And one. If the ones are the same, then two is a big fat pile of whatever one is. I thought my main equation included shit. Turns out it was fear. At this point. Right now.

Yes it's all about focus. Yes it is the test. (don't you hate always being right?) Focus on the smallest of actions. That is fearsome. Focus on the big picture is the easiest thing. The shit happened when I overlooked the moment. The shit that I always put in the equation was in fact the result of it. Fear and fear. Add them up. See what happens.

Gut wrenching fear, a moment when I thought I was actually going to loose my mind. My mind. Not in the metaphorical sense. Real. Faced with the small actions I didn't focus on, because the big picture was much more important. I thought.

Gut wrenching fear. Of looking at myself. And understanding. I wasn't overthinking. I was drowning the noise of my actions in the very comfortable bed of words that is my blog. I have made a trip to earth. And discovered I hadn't lived there in a while. Writing. Like drinking, downing pills, smoking. Just battling the noise.

Gut wrenching fear. That in all my selfconsciousness, my search for peace of mind, my clever thoughts, my claims to being a loner, I forgot about being human. I am paying the price right now.

I might never be the same again. I might remain the same forever. I know that I will have, for once, at last, finally understood what this means. The moment. The focus.

And I might also forget this feeling I have right now. Or I might pretend that I don't care too much. So before it all goes away, before I choke on my words, I want to say this:

I love you.

Every single one of you. I mean it and say it without fear.

 

Publié la 1ère fois le 16 septembre 2006.
  
  

PVI, on décape la vieille peinture.

  
  
Quelques changements à prévoir dans les prochaines heures. Mon template est plein d'erreurs que je n'ai ni les connaissances ni le temps de corriger et qui entrainent des problèmes de navigation et d'accès à certaines pages. Et le site du designer est en russe... C'est tester ma patience un peu trop là. Donc ça se peut que ce soit down, ou weird, ou laid. Patience :)

Mise à jour:

Bon... Je pense que ça va être ça. Reste des modifs bien sûr. J'ai pas retouché la photo du header, juste cropée. Faut vraiment que je mette à jour les liens. Certaines couleurs. Certaines pages restent à modifier.

Mais à partir de l'original, je suis assez satisfaite du résultat. Dodo astheur.
  
  

Les Chucks et Marcel

  
  
Je fais un shift weird cette semaine, 13h à 21h. Il est 3h40 du matin et je me demande s'il serait pas l'heure d'aller me coucher. Oui, bien sûr me répond-je.

Depuis des semaines, des billets et des billets dans ma tête, jamais ici. Je sais et je ne sais trop pourquoi. La paresse parfois. La vie dans l'osti de vortex des heures à travailler, des comptes à payer et des quelques heures de plaisir qu'on arrive à y extirper. Fuck you là, sérieux.

"This is your life, and it's ending one minute at a time"


C'est un peu plate quand même une quote de Chuck sonne cliché.

L'autre Chuck là, il me parle un peu plus sérieusement:

"There's nothing to mourn about death any more than there is to mourn about the growing of a flower. What is terrible is not death but the lives people live or don't live up until their death. They don't honor their own lives, they piss on their lives. They shit them away. Dumb fuckers. They concentrate too much on fucking, movies, money, family, fucking. Their minds are full of cotton. They swallow God without thinking, they swallow country without thinking. Soon they forget how to think, they let others think for them. Their brains are stuffed with cotton. They look ugly, they talk ugly, they walk ugly. Play them the great music of the centuries and they can't hear it. Most people's deaths are a sham. There's nothing left to die."


Y au moins trois billets de la semaine passée là-dedans. Depuis que je tiens ce blog je dois l'avoir dit 100 fois. Et bien rien n'a changé. J'aurai toujours un préjugé défavorable envers les humains en général.

J'ai commencé à lire Du côté de chez Swann... Jamais lu Proust. Pas lu beaucoup de "classiques", merci Flaubert en lecture imposée, que j'ai trouvé insipide au possible (désolée, c'est comme ça, j'assume). Ça m'a découragée pour le reste. Et puis un moment donné je tombe sur cette citation:

"Que de bonheurs possibles dont on sacrifie ainsi la réalisation à l'impatience d'un plaisir immédiat."


Que les paradoxes m'emportent, ça m'a allumée. Peut-être moins le sens des mots que leur arrangement... J'en sais rien, mais on m'a dit "Oh, bonne chance, c'est le plus beau, mais aussi le plus difficile, dans le sens de complexe". Euh, ok. Je dois être aussi compliquée qu'on me le dit, j'ai déjà quelques pages de lues, et je m'y sens à la maison. Je n'ai jamais rien lu d'aussi près de comment ça marche dans ma tête.

Regarder en dedans pour mieux voir dehors, c'est comme ça qu'il me parle Marcel, et je le comprends tellement.
  
  

Se rendre en quelque part

  
  
Regarde bien à partir de la 8ième minute (mais vraiment, c'est mieux à partir du début tsé).

C'est ÇA.

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=XUkSqqwU1LU?rel=0&w=425&h=349]

Non, je sais, c'est pas la destination, et tout, et tout.

Mettre un pied un avant de l'autre.

Faut ben commencer en quelque part.
  
  

"But i bask in a beautiful byproduct..."

  
  
"La déception tsé, quand tu t'en débarrasses dès le début, c'est tellement plus facile..."

MAIS! N'aimant pas la facilité, étant la "drôle de fille" qui rend les gens fous à force de questionnements, doutes et tourments divers...

La déception de mon je-me-moi. Je ne suis qu'une horrible sauvage qui néglige ses amis, ne retourne pas les appels, n'entretient pas les liens d'amitié naissantes et qui ne répond même pas aux commentaires sur son blogue (Bonne année Sandra!! Que du bon et beau à toi aussi!). C'est un doublé d'ailleurs. Je me déçois tout en provoquant la déception chez les autres.

La déception du je-me-moi spécial Réseaux Sociaux. Je pourrais dire que les gens que j'y côtoie me déçoivent, mais je n'ai pas envie de faire un exposé botché, mal construit et sans profondeur, comme j'en lis beaucoup trop. Je ne suis pas sociologue, ni gouroute, encore moins experte. Je suis humaine. Et il semble que nous y soyons de moins en moins nombreux. Frayer parmi les marques et les self-promoters fait s'amenuiser le plaisir que j'ai pu y avoir auparavant.

La déception professionnelle. Oh ça. Ouais. Je me suis retrouvée étiquetée enquiquineuse parce que j'ai envie de travailler dans ma langue. Me suis retrouvée dans une rencontre d'équipe à me faire lire un communiqué du légal confirmant le droit de l'entreprise d'effectuer les communications internes des opérations en anglais, comme ça. Klow. Ta yeule. Et ma dissidence est comme une tache de sueur sur le col de chemise d'un gestionnaire trop heureux d'envoyer des mémos à TORONTO. Tsé le cerne jaune sur le pli, qui ne part jamais et qui mène la dite chemise dans un sac pour l'Armée du Salut. Pour dire comme eux: disposable.

J'ai encore des rêves. Dans ces derniers j'arrive à lire, cuisiner, aimer, rire, écrire. J'ai un jardin des fois. Il y a parfois un ruisseau dans le fond de la cour, d'autres fois c'est le fleuve. Il y a ceux que j'aime, qui m'aiment et pas plus. Pas une centimètre cube de déception.

Mais alors que ces choses sont les plus simples, comment se fait-il qu'elles en soient devenues des rêves?

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=FbMGmsFjhpM?rel=0&w=425&h=349]