Skip to main content

Posts

Showing posts from January, 2011

"But i bask in a beautiful byproduct..."

  
  
"La déception tsé, quand tu t'en débarrasses dès le début, c'est tellement plus facile..."

MAIS! N'aimant pas la facilité, étant la "drôle de fille" qui rend les gens fous à force de questionnements, doutes et tourments divers...

La déception de mon je-me-moi. Je ne suis qu'une horrible sauvage qui néglige ses amis, ne retourne pas les appels, n'entretient pas les liens d'amitié naissantes et qui ne répond même pas aux commentaires sur son blogue (Bonne année Sandra!! Que du bon et beau à toi aussi!). C'est un doublé d'ailleurs. Je me déçois tout en provoquant la déception chez les autres.

La déception du je-me-moi spécial Réseaux Sociaux. Je pourrais dire que les gens que j'y côtoie me déçoivent, mais je n'ai pas envie de faire un exposé botché, mal construit et sans profondeur, comme j'en lis beaucoup trop. Je ne suis pas sociologue, ni gouroute, encore moins experte. Je suis humaine. Et il semble que nous y soyons de moins en moins nombreux. Frayer parmi les marques et les self-promoters fait s'amenuiser le plaisir que j'ai pu y avoir auparavant.

La déception professionnelle. Oh ça. Ouais. Je me suis retrouvée étiquetée enquiquineuse parce que j'ai envie de travailler dans ma langue. Me suis retrouvée dans une rencontre d'équipe à me faire lire un communiqué du légal confirmant le droit de l'entreprise d'effectuer les communications internes des opérations en anglais, comme ça. Klow. Ta yeule. Et ma dissidence est comme une tache de sueur sur le col de chemise d'un gestionnaire trop heureux d'envoyer des mémos à TORONTO. Tsé le cerne jaune sur le pli, qui ne part jamais et qui mène la dite chemise dans un sac pour l'Armée du Salut. Pour dire comme eux: disposable.

J'ai encore des rêves. Dans ces derniers j'arrive à lire, cuisiner, aimer, rire, écrire. J'ai un jardin des fois. Il y a parfois un ruisseau dans le fond de la cour, d'autres fois c'est le fleuve. Il y a ceux que j'aime, qui m'aiment et pas plus. Pas une centimètre cube de déception.

Mais alors que ces choses sont les plus simples, comment se fait-il qu'elles en soient devenues des rêves?

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=FbMGmsFjhpM?rel=0&w=425&h=349]