Skip to main content

Posts

Showing posts from April, 2011

Sur ce...

  
  

Je vous laisse avec Shakey car lui m'accompagnera dans mes oreilles.


On m'a dit, rapporte un peu de sable et une petite pierre. Peu importe ce que je rapporterai, ce sera beaucoup moins que ce que je laisserai derrière.


 


[youtube http://www.youtube.com/watch?v=xeO4fwG9_pg?rel=0&w=560&h=349]
  
  

Interstices

  
  

Ce qui semblait éteint, perdu, disséminé au-delà de toute possibilité de récupération... est de retour


Lentement, mais parfois par à-coups fulgurants, j'émerge


(Sister Morphine joue, et je peux juste pas me tanner parce que c'est tellement)


Je lis plus que jamais. Je me saoule de musique


(turn my nightmare into dream)


Je pensais même pas recommencer à respirer, let alone sourire


(et puis y a ce gars du Texas génial Shakey Graves allez écouter ça c'est un ordre parce qu'il dit "watch out cause here I come")


L'urgence du voyage s'est curieusement estompée, mais pas le besoin


Je sais bien que je fuyais


(some of us were build to roam)


Je sais bien qu'à mon retour il y aura encore plus de musique et encore plus à lire encore plus à écrire à vivre


(shine on Georgia moon)


Après j'ai envie de voir le désert


Traverser des océans


Rêver que je ne rêve plus mais que ça arrive vraiment


 

  
  

Trust me. I want what I want.

  
  

Puting the finger on what's wrong, what's right, what sould be and what shouldn't.


Symptoms are always easier to acknowledge than causes.


I will not be a chapter, I will not be a label.


I want what I want.


Trust me.


 


[youtube http://www.youtube.com/watch?v=XnnWdOtow0I?rel=0]

  
  

Pense-(pas)bête

  
  

Lire une BD en écoutant du vieux Sabbath. Ne jamais, jamais se refuser ce plaisir.1


Lire Ile d'Aldous Huxley très très lentement pour le laisser rentrer et le savourer. Encore là, faudrait être fou pour ne pas le faire.2


Apporter comme lecture de vacance de tout et de rien. Maeve Binchy, moi, j'assume. Mais aussi Dawkins, une bio de H.S.T., des revues et journaux internationaux.


Se faire violence et accepter qu'aujourd'hui, TOUT est publique. Les ruptures aussi. Je laisse ce côté de la médaille s'étaler devant tout le monde sans y participer et m'offre le cadeau de fermer ma gueule et laisser le temps faire ce qu'il est supposé faire.


Être moi. (On me l'a dit, ça doit être vrai: "Tu dois être toi". Pas, "Sois toi-même" qui vraiment sonne comme un mauvais article dans le Clin d'oeil. Hahaha, un oxymoron en prime)


Rêver. Non, encore? C'est sur ma liste depuis trop longtemps ça. Je pense qu'à partir d'aujourd'hui, je lève le pied de la pédale à break. Fuck. Off.


1. je le note ici, au cas où j'oublierais


2. folle, n'ayons pas peur des mots


--//--


Je ne quantifierai pas. Je n'ai plus de douleur à identifier, décortiquer, analyser. Je l'ai eue, comme une maladie, paralysante, débilitante. J'ai laissé tout ça m'envahir, une grosse vague pleine de débris de vie. Bonheurs, espoirs, sourires, magie des matins, féérie des soirs. C'est ok, il n'y a pas QUE. Il y a TOUT. Et c'est tout à fait ok. Ce que demain apportera, ce que la vague révélera lorsqu'elle se retirera, c'est ok. Mais y a rien qui m'empêche en ce moment même de ne pas rester près du rivage. Rien qui m'empêche de m'aventurer, un peu plus chaque jour, dans les champs, où le sol est sec et ferme.


 


[youtube http://www.youtube.com/watch?v=jzPIAYt25D4?rel=0]

  
  

Schism

  
  
C'est quand tu te mets à te demander si tu devrais écrire ça ici que c'est vraiment plus drôle.

It's my fucking house. I'll do and say as I damn please.

This is NOT about anything but ME.

However, anger will not get the best of me.

But bear in mind, honesty will keep on coming. Like it or not.

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=L7fF1P3qwDE?rel=0&w=480&h=390]
  
  

Quelle heure déjà?

  
  
Les jours passent, tous pareils et pourtant si différents.

Je n'ai aucune sensation du temps qui passe. C'est ni long, ni court. Il n'existe tout simplement pas, autre que le jour et la nuit et les noms que l'on donne à chaque jour, selon le calendrier sur l'ordi, dans outlook, sur mon cell, la radio d'auto, les horloges du métro, l'écran dans l'ascenseur fuck! Partout, on y échappe pas. Tu pourrais te lever un jour et dire, dla marde, aujourd'hui le temps n'existe pas. Ha! Bonne chance!

Mais cette fois-ci, les données n'entrent pas, ne vont pas plus loin que ma rétine. Quel jour on est? Ché pas. Boulot, donc semaine. Lumière, donc jour. J'ai un décompte pour les vacances. Je regarde le nombre de jours restants avant mon départ et ils n'ont aucune signification. Loin? Proche? Ché pas. 17 jours.

Mon cadran imaginaire est plutôt comme suit:

 

  
  

Détonateurs

  
  
Les journées passent très lentement. Je me sens parfois comme un fantôme, un souvenir. Ne plus exister en tant que partie d'un tout, il y a de la mort dans ça.

...

Les blessures qu'on laisse à l'air libre ne guérissent pas toujours. Parfois, y a l'infection qui s'installe. Je croyais qu'en les ignorant elles cicatriseraient. Ce fut mon erreur. J'ai attendu tant que j'ai pu. Mais ce n'est pas une excuse pour causer de la douleur en retour. Enfin, ça me fait aussi mal. Ce que j'ai subi et ce que je fais subir.

...

Les citations dont je ne connais pas l'origine, ells ont bien la valeur que l'on veut leur donner... Mais aujourd'hui j'en ai lu une sur Twitter qui m'a frappée fort.
Pour moi, être aimé n'est rien, c'est être préféré que je désire. -Gide

Ok, je la laisse ici, je dois réfléchir à ça.

Tout comme à ceci:

  
  

Way over yonder

  
  
[youtube http://www.youtube.com/watch?v=ZXNY_jSg86Q?rel=0&w=480&h=390]

Way over yonder is a place that I know
Where I can find shelter from huger and cold
And the sweet tasting good life is easily found
Way over yonder - that's where I'm bound
I know when I get there, the first thing I'll see
Is the sun shining golden - shining rigth down on me
Then trouble's gonna lose me - worry leave me behind
And I'll stand up proudly in true peace of mind
Way over yonder is a place I have seen
In a garden of widsom from some long ago dream
May be tomorrow I'll find my way
To the land where the honey runs in rivers each day
And the sweet tastinggood life is so easily found
Way over yonder - that's where I'm bound
Way over yonder - that's where I'm bound
  
  

Lendemain de rosé pas buvable

  
  
J'ai bu finalement. Beaucoup. Enfin, ça dépend du monde. Pour ma part une bouteille et demie de rosé cheap c'est beaucoup. Assez pour me crisser sur le cul comme il faut. En compagnie de mon amie agente de voyage j'ai, pratiquement sur un coup de tête, booké une semaine dans le sud. Toute seule. Fuck off.

Je voulais aller aux Philippines, je voulais aller en France, je voulais aller en Irlande, je voulais aller en quelque part. Mais sur un micro-budget, avec une maigre semaine de congé possible comme ça à la dernière minute, une tête en décrépitude et un coeur qui peine à me tenir en vie, c'était ce qui me fallait.

J'ai toujours cette énorme pression sur la poitrine. Je monte les 20 marches vers mon appart avec difficulté. Je me sens vieille, brisée. Mais pas tout le temps. Y a des éclats, des espoirs brillants comme le soleil sur les petites vagues dans le fleuve tout près d'ici.

Il y a en moi un ramassis de colère, de peine, de tristesse, de frustration sur un fond de liberté, de révélation, de compréhension que la vie a le don de me faire chier solide, mais qu'habituellement je m'en tire pas mal. Je trouve quand même assez chiant d'être ainsi faite. Si j'étais plus fragile, est-ce qu'elle me câlisserait la paix?

Après le départ de ma copine, c'est ma proprio qui s'est pointée. Une bonne madame, gentille, rock 'n' roll sur les bords, humaine. On a jasé une heure. Ça m'a fait tellement de bien. Je me suis excusée tout plein de fois de ne parler que de moi, j'étais vraiment saoule.

Ainsi donc, trois semaines à travailler, et ensuite à moi le repos. Déjà depuis deux semaines je ne suis pas à mon meilleur au boulot. Absolument pas productive. Les enfants arrivent demain pour leurs deux semaines, ça va aider. On trip ensemble, le temps passe trop vite, toujours trop vite.

J'imagine que les tranches de vie seront de retour ici. J'ai la tête pleine de noeuds à défaire. On respire. Ça va aller.
  
  

Cassée

  
  
C'est un drôle de printemps. J'ai beaucoup envie de boire. Mais ma santé s'étant détériorée ces derniers jours, je n'ose à peine prendre plus d'un verre de vin au repas. Et ça c'est quand je mange. Dans mon corps c'est la tempête. C'est le tsunami qu'a entrainé le séisme de dans ma tête et mon coeur. C'est tout de même curieux cette lumière persistante malgré la pluie dans mes yeux. Je n'y vois pas grand chose, mais je ne suis pas dans le noir, c'est déjà ça. Le sommeil se pointe occasionnellement, comme s'il s'était trompé d'adresse.

Quarante ans à vouloir être aimée. Quarante ans, sans répit, la tête baissée, la quête, la quête à tout prix. Parce que comment peut-on être, comment peut-on prétendre exister si on est pas aimée?

C'est mon lot faut croire que de causer de la peine et de la douleur. Ce que je combat à temps plein, ce que j'évite corps et âme. Mais me faire aimer, ça coûte cher. J'ai réalisé que je n'avais plus les moyens. Me voilà flat broke. Ouais, on pourrait dire ça.

Je suis désolée.