Skip to main content

Posts

Showing posts from May, 2011

{chill pill #1}

  
  
Quoique je sois vraiment très très poche (et je ne dis pas ça pour me faire dire non, non, t'es bonne, arrête. je suis désespérément pas bonne point) j'ai décidé de reprendre ma guitare. Ben, la guitare. Dans une autre vie, j'avais une belle Ovation. Elle y est restée. Mais les soirées sont parfois un peu longues. Lire, surfer, écouter de la musique, c'est cool, mais une chose me semblait manquer.

En fait, je joue pour m'accompagner. Parce que ce que j'aime par dessus tout, c'est chanter. Bon. Alors j'ai sorti la petite classique qui traine dans le garde-robe depuis deux ans... Ça fait quatre soirs en ligne que je joue et ce soir je souffre officiellement. Bordel, ça fait donc ben mal! En plus le manche est beaucoup plus large sur une classique, donc les accords le moindrement compliqués me font sacrer et passer à une autre toune. Je suis beaucoup trop impatiente. C'est une épreuve en soi que de passer au travers une partition.

Je n'avais pas de souvenirs romantiques ou même particulièrement agréables de mon jeu. Mais la réalité est encore pire. C'est ridicule. J'ai aucun rythme. Kling, kling kling, kroïng (asti d'accord pas faisable), kling. C'est l'étendue de la chose. Ça me permet par contre de chanter dans le ton, de me guider dans les bouts plus complexes, et au final, m'amuser à faire quelque chose que j'aime.

Je vais aller au pawn shop du village en fin de semaine, essayer de me débarrasser de la petite Valencia pour une acoustique. Un set de corde. Une poignée de PLECTRES (merci à Véro pour la traduction!). Une couple de livres piqués chez l'ex. Fun fun fun.

Et si j'en ai le courage, je vais peut-être même essayer de me trouver un band de ptits vieux qui jouent dans leur garage la fin de semaine et qui se cherchent une vieille rockeuse pour faire des gigs devant l'établi et la tondeuse.
  
  

Où s'qu'on réalise que se perdre c'est pas la fin du monde

  
  

À l'aéroport il y avait des trottoirs roulants. On se sent comme dans un film. On avance au même pas, mais beaucoup plus vite que les simples mortels déambulant de chaque côté de ces derniers. On file à toute allure, sans se sentir pressé. Mais le piège, c'est qu'on manque les restos et les toilettes. On passe tout droit. Alors une fois installé, on réalise qu'on a faim, qu'on a envie, mais faut refaire le chemin en sens inverse. On se dit que merde, on aurait dû prendre notre temps. On part faire nos trucs, et quand on revient au salon, quelqu'un a pris notre place.


***


Je marche très lentement. J'emprunte un chemin qui m'est parfaitement inconnu. Pas de balises, pas de règles, pas de signalisation. Tant d'années sur la même route à prendre les courbes les yeux fermés. J'ai affaire à les ouvrir grands pour ce voyage-là, peu importe le temps que ça dure. Pas question que je manque quoique ce soit.


"Life's a journey, not a destination" bla bla, ouin, ouin. Regarde, là c'est dans ma tête le trip. Perdre la carte, ça te dis de quoi? Moi en tout cas je comprends complètement ce que ça veut dire maintenant. Pis pour faire cute, pour continuer dans l'image, je te dirais que même si je la retrouvais, j'en voudrais pas. Je m'en dessine une flambant neuve.


***


Si les choses vont comme je le souhaite, il est fort probable que je me retrouve dans le coin de San Francisco pour deux semaines cet été. La baie, Berkeley, Death Valley, Yosemite, etc. J'ai une sorte de plan dans ma tête, mais je ne le couche pas tout de suite sur papier. Trop d'inconnus, trop de peut-êtres. Une seule certitude, ce sera moi pis mon linge.


In the mean time, I think I just need to chill the fuck out.


 


[youtube http://www.youtube.com/watch?v=7_nwbTeIN4Y?rel=0&w=480&h=390]
  
  

it IS in the littlest of things

  
  

I think


That I am afraid to write


Sitting here, typing these very words, I stop at each one, pondering about them, and their meaning, too much. A billboard, nothing more, you said. And it pains me to agree, but what else can I say? It's true.


Our digital self intertwined with our soul, our most intimate information entered in searchable and sortable fields, I wonder how thinly I can stretch the truth so that it makes sense and still does not reveal too much.


Years ago, I would've typed my mind's torments away without a second thought. And now... I feel like I've given up. Given up the faith, the trust in myself. I forgot that no matter what, if there is one thing I am free to do it is to write, because I have locked away that sense of freedom very far away and lost the key.


I feel pain whenever I pick at the lock. And that is probably the most frightening of all.


But all is not lost. I'll keep picking. Bloody fingers, weeping mind... the sun still fucking shines babe.


I think


It's in the little things


I think that


I am just beginning to understand what being free means

  
  

Pratiquement revenue

  
  

Mais y en reste un ptit bout là-bas. Ma maison pendant 7 jours. 12 pieds par 6 pieds. J'avais même des murs antibruit. 5 bouquins lus, un journal alimenté frénétiquement, un 26 onces de rhum vidé, pas une seule conversation de plus de 10 minutes en une semaine.



 


En revenant, des emails du comptable, des comptes à payer, des émotions à gérer. Mais heureusement, de l'énergie à revendre, et surtout des enfants et des amis à aimer.